• Accueil
  •  > 
  • Clairières, ces nouveaux centres-vies
Rejoignez Cyberarchi : 

Clairières, ces nouveaux centres-vies

© Cyberarchi 2020

Fabienne Boudon choisit pour son TPFE de s'éloigner de la ville... pour se rapprocher de la théorie, en créant des 'clairières de résistance' en lieu et place de l'aéroport de Nantes Atlantique et de la carrière des Maraîchers. Elle élabore ainsi de nouvelles centralités territoriales, véritables espaces 'd'une résistance optimiste'.

 
 
A+
 
a-
 

"Je n'ai jamais douté que vous préfériez la forêt. Mais je sais également que vous la considérez comme un lieu de passage... et non comme un but [...] ou comme une fiction [...] mais que sont les fictions ? A chacune de nos grandes mutations, c'est un rêve qui se réalise. Etant historien, vous le savez. Nous faisons naufrage, non pas sur nos rêves, mais sur notre incapacité à rêver avec assez de force" - Ernst Jünger (in Eumeswil, Editions de La Table Ronde, Paris, 1978, op. cit. p.527).

Au départ, le positionnement de ces trois petites taches vertes sur la carte de l'agglomération intrigue. Mais ce positionnement induit une démarche d'intercommunalité intéressante. Impliquant plusieurs acteurs selon les différentes échelles communales, ces trois forêts urbaines induisent une démarche de concertation qui renforce la place du périurbain dans l'agglomération.

A travers les forêts urbaines, l'agglomération met en place une politique d'espace public forte en dehors du centre. Car la forêt est un véritable lieu public, au sens où elle ne fait l'objet d'aucune franchise. Contrairement à une rue de centre ville, de centre de bourg ou à la galerie d'un centre commercial, la forêt est un espace véritablement public. Les forêts urbaines permettent de penser l'espace public péri-urbain en dehors de la figure du centre commercial. A ce titre, certains architectes renommés les présentent comme le véritable espace public d'aujourd'hui (la lecture des théories de Rem Koolhaas dans Mutations sur le centre commercial comme le dernier espace public dans les villes d'aujourd'hui est assez effrayante à ce sujet).

Les forêts urbaines permettent aussi d'éviter de parler de 'nouvelles centralités' pour évoquer les villes de périphéries. Car le terme de 'nouvelle centralité' implique, encore et sans cesse, une opposition entre centre et périphérie. Or, la forêt, laquelle n'existe pas en centre ville, est une figure intéressante pour parler de l'attraction de communes périphériques. Les communes deviennent attractives non plus en reproduisant les qualités d'espace des centres villes mais en proposant une autre forme d'espaces urbains, que le centre ne possède pas.

Le frigo, outil de projet

J'emmagasine dans mon réfrigérateur des ouvrages de références, des prises de notes, des entretiens, ses analyses et ma production relative au projet. Sous la forme d'un diaporama au cheminement interactif, la promenade dans le frigo me permet d'établir des relations entre les différentes données du projet et de les communiquer sans les figer. Plus le frigo se remplit, plus les liens deviennent intéressants. Ainsi, le paragraphe d'un ouvrage peut ouvrir une fenêtre sur un des cours ou renvoyer à un autre ouvrage. Le frigo permet de représenter le projet en cours de construction. Ce que je range dans le frigo devient la nourriture, l'ingrédient du projet.

La clairière, figure théorique

L'éclaircie, comme technique forestière, est une trouée pratiquée volontairement dans le manteau forestier (définition de Caroline Stefulesco, L'urbanisme végétal, éd. Institut pour le Développement Forestier, Paris 1993. P 298). En favorisant l'apparition d'une flore diversifiée, l'éclaircie est la condition du renouvellement de la forêt sur elle-même.

L'essartement est, pour Heidegger, la condition de l'établissement humain, c'est-à-dire la condition de fabrication d'un espace. "Espacement : cela veut dire : essarter, sarcler, désencombrer la forêt. Espacer, cela apporte le libre, l'ouvert, pour un établissement et une demeure de l'homme" (Heidegger, in Die Kunst und der Raum). Par extension lexicale, on pourrait dire que c'est le mode de fabrication du projet d'architecture dans la densité de la ville. L'essartement n'est pas une table rase (au contraire), l'essartement ne passe pas par la destruction automatique, mais bien par le 'désencombrement' (en anglais : 'clairing', qui signifie aussi clairière).

Une éclaircie n'est pas forcément une coupe franche. Dans la gestion des forêts, elle stabilise le peuplement végétal et favorise son développement. L'essartement c'est faire place à une population (végétale) qui était en position de dominée. Il convient de bien prendre en compte la différence entre l'idée de faire une place et l'idée de faire place. La clairière n'est pas une place (au sens urbain) dans la forêt, bien qu'il existe aussi des carrefours dans la forêt domaniale. La clairière et la place ont deux modes de fabrication bien différents : la place est formée par les constructions qui l'encerclent et la clairière par le vide au milieu de la végétation.

L'essartement est un des modes de fabrication de la clairière. Néanmoins, cette dernière peut avoir une formation plus aléatoire, moins contrôlée: elle peut apparaître après disparition d'un chablis (arbre couché par un brusque coup de vent, une tempête, par vétusté ou par maladie).

Elle a, quoi qu'il en soit, un mode de formation qui touche à la destruction, à la disparition ou à l'abandon (au sens de la fin de l'entretien) d'une construction qui lui préexistait.

Pour Ernst Jünger, la clairière est le lieu où se retire le rebelle, le Waldganger (Ernst Jünger, in Le traité du rebelle ou le recours aux forêts, 1980, éd. Du Seuil, 1980). Le rebelle est celui qui refuse de se soumettre à la conformité d'opinion. C'est celui qui se révolte contre l'automatisme et contre sa conséquence directe : le fatalisme. Le rebelle, c'est celui qui, au-delà du simple constat, entre en résistance. C'est celui qui agit.

La clairière est donc le lieu de fabrication d'une résistance optimiste. J'entends par résistance optimiste ce qu'Antonio Negri appelle la "résistance moderne" (Michel Hardt et Antonio Negri, in Multitude, Editions de la découverte, Paris, 2004, p. 10), qui met en place une organisation en réseau au coeur de laquelle réside l'autorité, centre de relations coopératives multiples et non plus empiriques. Cette lutte en réseau correspond à une résistance optimiste au sens où elle ne dépend plus "à proprement parler de la discipline". Ses nouvelles valeurs sont "la créativité, la communication et la coopération auto organisée"(Michel Hardt et Antonio Negri, in Multitude, Editions de la découverte, Paris, 2004, p. 108).

L'enjeu de la clairière urbaine se situe, il me semble, dans le caractère hybride et incertain de sa propriété. Au-delà de la distinction moderne public / privé, l'acte de propriété de la clairière est d'abord un droit d'usage.

La carrière et l'aéroport de Nantes : future grande clairière nantaise ?

L'aéroport de Nantes Atlantique cessera son activité commerciale en 2016. La carrière de gneiss de Bouguenais finira son exploitation en 2014. La question de ces deux futurs grands délaissés se pose donc pour Nantes Métropole. L'aéroport Nantes Atlantique et la carrière des Maraîchers forme un couple "poétique" qui entretient une double relation au ciel et au sol.

L'exploitation commerciale de l'aéroport et de la clairière touche donc à sa fin. En effet, le droit de fortage de Lafarge pour la carrière expire dans sept ans et le projet de l'aéroport Grand Ouest verra le jour, entre Nantes et Rennes, dans un horizon d'une dizaine d'années. Cela laisse entrevoir l'idée que ce site deviendra, dans un avenir relativement proche, une grande clairière à l'échelle de la métropole. Le projet propose donc une forme urbaine dense (35 logements à l'hectare) mais interroge plus particulière la question des espaces publics, qui forment des clairières de résistance.

Fabienne Boudon

Consulter également l'album-photos 'Clairière, quand tu nous tiens...'.

Clairières, ces nouveaux centres-vies
Clairières, ces nouveaux centres-vies
Clairières, ces nouveaux centres-vies
Clairières, ces nouveaux centres-vies
Clairières, ces nouveaux centres-vies
Clairières, ces nouveaux centres-vies
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  

Recevez la newsletter

CYBER