• Accueil
  •  > 
  • Christian de Portzamparc, le sentiment poétique
Rejoignez Cyberarchi : 

Christian de Portzamparc, le sentiment poétique

Serge Urvoy : Copyright 2018

 

Considéré comme le « Nobel de l’art », le Praemium Imperiale a été décerné à Christian de Portzamparc dans la catégorie Architecture par The Japan Art Association. L'occasion de revenir sur le parcours d'un architecte brillant.

 
 
A+
 
a-
 

Il a été, à l’âge de 50 ans, le premier lauréat français du prix Pritzker d’architecture. Le style imaginatif de Christian de Portzamparc est reconnu pour ses qualités originales : des formes audacieuses, une démarche artistique et sa créativité de peintre aquarelliste. Il est particulièrement réputé pour ses réalisations de salles de concert et sa vision urbanistique.

Né le 5 mai 1944 à Casablanca, Maroc, il est attiré dès l’enfance par la peinture et la sculpture, c’est plus tard qu’il commencera à s’intéresser à l’architecture. « Quand j’avais 15 ans, j’ai découvert un croquis de Le Corbusier et mon intérêt artistique s’est aussitôt tourné vers l’architecture. » Son style se démarque cependant du modernisme de Le Corbusier. Christian de Portzamparc attache une plus grande importance dans l’interaction entre l’espace urbain et l’être humain.

Il étudie l’architecture à l’École nationale des beaux-arts de Paris. Il part vivre à New York en 1966 où il côtoie la communauté artistique, avant d’obtenir son diplôme de l’École des beaux-arts en 1969. Il établit l’Atelier Christian de Portzamparc en 1980 et lance alors sa carrière d’architecte.

 

Hautes Formes et Cité de la Musique

 

Il commence à se faire connaître à travers son travail sur l’ensemble immobilier des Hautes Formes (1979) à Paris, et devient célèbre avec la construction de la Cité de la Musique (1995), un projet de grande envergure initié par François Mitterrand, comprenant plusieurs salles de concert, un musée de la Musique et des unités de logement.

Parmi ses œuvres majeures on compte aussi Nexus II (1991), un complexe résidentiel à Fukuoka, la Philharmonie Luxembourg (2005), résidence permanente de l’Orchestre philharmonique du Luxembourg, et l’Ambassade de France à Berlin (2003), qu'il réalise avec sa femme, Élizabeth de Portzamparc.

À New York, après la Tour LVMH (1999) sur la 57e rue, il crée une tour résidentielle sur Park Avenue, la Tour Prism (2015). Avec ses trois cents mètres de haut, la Tour One57 (2014) abrite un hôtel de luxe sur ses vingt premiers étages, ainsi que 130 appartements de grand luxe avec vues imprenables sur Central Park et le skyline de la ville.

 

Des chantiers au Maroc et en Chine 

 

L’architecte crée le Musée Hergé (2009) à Louvain-la-Neuve, la Cité des Arts (2013), un complexe culturel à Rio de Janeiro, et Paris La Défense Arena (2017), un stade couvert à Nanterre. Il travaille actuellement sur de vastes projets dédiés à la culture. Le Grand Théâtre de Casablanca transformera la grande place historique de la ville, pour une livraison prévue en 2019. Deux projets de grande envergure sont attendus en Chine : le Centre Culturel de Suzhou et un Opéra pour Shanghai, tous deux prévus pour 2019.

Il ne rejète pas la forme, mais pour Christian de Portzamparc, le but n’est pas uniquement la réussite esthétique. Toute forme doit selon lui se confronter à plusieurs bonnes raisons d’exister : un meilleur usage et un plus grand confort, la capacité de rendre heureux et d’ouvrir à des sentiments poétiques, une connexion avec le site de construction existant.

Il n’a jamais séparé architecture et urbanisme. Construire un quartier est pour lui une mission fondamentale. Il a renouvelé la vision de la structure urbaine à travers une méthode de conception qu’il a nommée « îlot ouvert » et qu’il a mise en pratique dans le quartier Masséna à Paris. Un concept aujourd’hui largement utilisé par d'autres créateurs. Son atelier est un laboratoire urbain qui se concentre sur la recherche dans la cité nouvelle à travers de nombreuses études urbanistiques. Il partage l’agence d’architecture 2Portzamparc avec sa femme Élizabeth, architecte et urbaniste de renom.

 

Le « Nobel de l'art » décerné cette année

 

Christian de Portzamparc a reçu en 2004 le Grand Prix de l’Urbanisme et en 2006, il a accédé à la 53e chaire nouvellement créée au Collège de France, dédiée à la « création artistique ». 

The Japan Art Association lui a décerné le 11 juillet le Praemium Imperiale dans la catégorie Architecture. Ce prix, considéré comme le « Nobel de l’art » honore chaque année cinq artistes, parmi des lauréats tous choisis dans leur domaine d’expertise « pour leurs réalisations artistiques et leur rayonnement international ». La cérémonie officielle aura lieu le 23 octobre à Tokyo en présence du prince Hitachi, frère de l’empereur Akihito.

 

Laurent Perrin

Christian de Portzamparc
Casarts Casablanca
Tour Prism
Tour One57
Tour LVMH
Philharmonie Luxembourg
Paris La Défense Arena
Musée Hergé
Cité des arts Rio
Cité de la musique
Centre culturel suzhou
Mot clefs
Catégories
CYBER