• Accueil
  •  > 
  • Centre sportif de Val d'Isère (73) ou l'art de fondre l'architecture dans la nature
Rejoignez Cyberarchi : 

Centre sportif de Val d'Isère (73) ou l'art de fondre l'architecture dans la nature

© Cyberarchi 2019

Au coeur de l'un des plus célèbres domaines skiables du monde, AT'LAS Architectes, associé à Coste architectures, doit réaliser en conception-réalisation un centre sportif malgré d'impressionnantes contraintes et des délais serrés. Objectif premier : la mise à disposition du bâtiment à temps pour les Championnats du Monde de Ski Alpin 2009. Une gageure.

 
 
A+
 
a-
 

"Un trou dans la montagne". C'est ce que William Vassal, chef de projet à l'agence lyonnaise AT'LAS Architectes a découvert sur site. En effet, le terrassement du premier projet d'un confrère avait déjà été réalisé quand le maître d'ouvrage, la commune de Val d'Isère, a changé son fusil d'épaule, interrompant les travaux et relançant une procédure, en conception-réalisation cette fois, pour la construction du centre sportif de Val d'Isère. Consultation remportée par le groupement GFC Construction (une filiale de Bouygues), mandataire du groupement, At'las Architectes (mandataire de l'équipe de MOE) et Coste Architecture (architecte associé).

Or, au début de l'été 2008 le maître d'ouvrage décide de réorienter le programme vers un projet plus ludique que sportif. Dès début juillet, des équipes font acte de candidature. Le 8 août, trois équipes sont retenues, qui remettent leurs offres début septembre. L'oral a lieu le 24 septembre et le groupement GFC Construction emporte le marché le 26. Il remet le permis de construire le 5 novembre. "Le planning est très, très tendu", soupire William Vassal. Il le sera jusqu'à la fin puisque le chantier, pour tenir de tels délais, neuf mois à peine, sera posté, c'est-à-dire avec deux équipes par jour (2x8). C'est At'las qui est allé solliciter GFC, une entreprise avec laquelle les architectes avaient déjà travaillé. Tant At'las que GFC avaient également déjà réalisé des ouvrages en conception-réalisation, un concept donc maîtrisé des deux côtés.

Restait à faire rentrer un programme dense (1 bassin de natation (4 lignes d'eau), 1 bassin ludique, 1 salle d'escalade, 1 salle de sport multi-activités, 1 salle de fitness, 1 salle de musculation, 2 cours de squash, 1 espace Wellness (saunas, hammam, spa, bain froid, hydromassage,...)) dans un trou existant que les délais ne permettaient plus de modifier. La hauteur (l'ancien niveau naturel), la largeur et la longueur étaient donc figées. "On peut ici parler de véritable fusion : l'enfouissement du bâtiment dans le terrain en amont permet de conserver intact le profil du site existant. Aucun élément saillant ne viendra contrarier la plasticité de l'enveloppe neigeuse", assure At'las. A terme, le paysage sera donc restitué à l'identique au pied de la légendaire Face de Bellevarde. Restait à mettre la boîte dans le trou.

"L'unique façade, orientée à l'Est et largement ouverte sur le panorama grandiose des montagnes voisines, est entièrement vitrée, à l'exception de ses deux extrémités, traitées en pierre sèche afin de servir d'écrans coupe-feu réglementaires. Une précaution nécessaire compte tenu de la proximité des deux remontées mécaniques contiguës qui passeront au-dessus du bâtiment (Téléphérique 3S Olympique et Télésiège du Santel)", explique At'las. Enfin, elle est protégée des intempéries et du risque d'avalanche par un large débord de toiture (3 à 5m). Lumière naturelle et transparence étaient fondamentaux. "Nous ne voulions pas faire un labyrinthe car les clients devaient pouvoir se diriger à vue", explique William Vassal. En effet, la clientèle de Val d'Isère est composée de touristes, dont une grande proportion d'étrangers ne parlant pas français, qui ne viennent que pour un week-end ou une semaine et qui n'utiliseront l'équipement qu'une fois. Il était donc essentiel que ces clients comprennent d'instinct comment s'y déplacer, sans recours systématique à la signalétique.

Pour répondre à cette exigence, le parti pris intérieur est astucieux. Pour simplifier, la salle d'escalade, habituellement parent pauvre de ce type d'équipement, est spectaculairement mise en scène en 'façade' et traversée par un tunnel vitré donnant sur l'accueil, séparant ainsi deux gros volumes : la halle aquatique et la salle de sport, les autres fonctions s'articulant en mezzanine. "Ainsi, dès l'entrée, le visiteur perçoit toute la hauteur du bâtiment grâce au mur d'escalade sur trois niveaux mais voit devant lui, au-dessus, au-dessous et sur les côtés", explique William Vassal.

Plus précisément, l'accueil général et les espaces aquatiques sont situés au rez-de-chaussée. Tout comme la balnéo, lovée à l'intérieur de la halle aquatique. "Ses formes souples, sa plage en bois et l'originalité des saunas dont les boîtes sortent en saillie dans le volume des bassins, confèrent à ce lieu de détente, protégé derrière sa cloison vitrée, un caractère intime", soutient AT'LAS. Située juste derrière la façade, la halle aquatique propose deux bassins représentant plus de 666m² de plan d'eau. Toutes les fonctions de bien être y sont regroupées : nage à contre courant, banquettes à bulles, jets massant, canons à eau ainsi qu'une aire de jeu pour les enfants (équipements de type 'Splash Pad'). La natation sportive trouve sa place dans un bassin séparé de 25 mètres. Autour, les espaces ouverts offrent possibilité de repos ou de déambulation.

Installées au niveau supérieur, les salles de musculation, de fitness et de squash surplombent l'ensemble. L'espace escalade, situé sur un niveau inférieur pour tirer parti de la triple hauteur du bâtiment, est traversé dès l'entrée dans le centre sportif par une passerelle vitrée qui met en scène les grimpeurs, de l'intérieur comme de l'extérieur.

"Jeu de transparences visuelles, façade, passerelle d'entrée et cloisons vitrées, coursives aériennes, le bâtiment ouvre grand ses espaces à la lumière naturelle. Au-delà du parti pris esthétique, il s'agit également de favoriser une plus grande économie d'énergie et une meilleure maîtrise des coûts d'exploitation. Dans le même esprit, la mise en lumière artificielle, là où elle sera nécessaire, emploiera des matériels à faible consommation d'énergie", précise l'architecte. "L'ensemble est linéaire, sans rupture aucune et la sensation de fusion entre bâti et environnement s'en trouve renforcée. Visuellement, le plain-pied des espaces aquatiques intérieurs augmente encore la profondeur de champ", dit-il.

Un soin approfondi a été apporté à l'acoustique des lieux par une répartition judicieuse des locaux et l'utilisation de matériaux adéquats (bois en parement, faux plafonds en textile tendu ...). Emblématiques de l'univers vernaculaire avalin, la pierre, le bois sont associés au verre, à l'inox et à l'eau, pour offrir en toute saison une ambiance sereine, rassurante et chaleureuse. L'accueil des personnes handicapées a fait l'objet de toutes les attentions : tous les locaux et équipements sont accessibles aux personnes à mobilité réduite (2 ascenseurs, mise à l'eau PMR pour tous les bassins, rampe d'accès PMR dans les espaces aquatiques et ludiques). Il y a même un espace d'attente pour les chiens d'aveugle. A noter enfin, un rack à chaussures, comme ceux destinés aux chaussures de ski, afin d'éviter les dépôts de neige. Petit luxe supplémentaire, le client récupère ainsi à son départ des chaussures sèches.

Certes, le planning est serré mais, assure l'équipe de maîtrise d'oeuvre, le bâtiment clos-couvert, hors d'eau/hors d'air, sera impérativement livré fin octobre 2008 pour accueillir le centre de presse des Championnats du Monde de Ski Alpin 2009, dernier paramètre prépondérant dans le processus de conception. Le bâtiment clos et couvert (équipé en éclairage, chauffage, ventilation et sanitaires) permettra au Comité de réaliser les aménagements temporaires nécessaires à la manifestation A l'issue duquel, une seconde phase de travaux débutera le 30 avril 2009 pour l'aménagement du centre sportif et la mise en place des équipements. Le Centre Sportif sera livré à la Commune de Val d'Isère le 15 Novembre 2009.

Christophe Leray

Fiche technique

Chiffres clés :
Emprise du terrain : 28.463 m²
Dimensions : h : 8,30m - L : 74m - l : 64m - 3 niveaux
Surfaces :
Surface hors oeuvre brute : 11.475m²
Surface hors oeuvre nette : 6.378m²
Surface utile : 4.329m²
Surface totale de plan d'eau : 666m²

Programme :
1 bassin de natation (4 lignes d'eau) : 250m²
1 bassin ludique : 416m²
1 salle d'escalade : 120m²
1 salle de sport mutli-activités : 650m²
1 salle de fitness : 211m²
1 salle de musculation : 209m²
2 cours de squash : 2x64m²
1 espace Wellness : 250m² (saunas, hammam, spa, bain froid, hydromassage,...)

Budget :
Montant global : 18.537.000€HT
réparti de la manière suivante :
études : 1.883.000€HT
travaux : 16.654.000€HT

Les temps du chantier :
Travaux Phase 1 - Clos couvert : du 5 mai 2008 au 30 octobre 2008
Mise à disposition du Centre de Presse au Comité d'Organisation : du 31 octobre 2008 au 30 avril 2009
Travaux Phase 2 - Aménagements et équipement du Centre Sportif : du 4 mai 2009 au 15 novembre 2009
Livraison du centre sportif à la commune : 5 novembre 2009

Maître d'Ouvrage : Commune de Val D'isere
Groupement Conception-Realisation
Entreprise générale mandataire de l'équipe de conception-réalisation : GFC Construction
Architecte mandataire de la Maîtrise d'oeuvre : AT'LAS Architectes
Architecte associé : Coste Architectures

Centre sportif de Val d'Isère (73) ou l'art de fondre l'architecture dans la nature
Centre sportif de Val d'Isère (73) ou l'art de fondre l'architecture dans la nature
Centre sportif de Val d'Isère (73) ou l'art de fondre l'architecture dans la nature
Centre sportif de Val d'Isère (73) ou l'art de fondre l'architecture dans la nature
Centre sportif de Val d'Isère (73) ou l'art de fondre l'architecture dans la nature
Centre sportif de Val d'Isère (73) ou l'art de fondre l'architecture dans la nature
Centre sportif de Val d'Isère (73) ou l'art de fondre l'architecture dans la nature
Centre sportif de Val d'Isère (73) ou l'art de fondre l'architecture dans la nature
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  
CYBER