• Accueil
  •  > 
  • Centrale de Flamanville (50) : le renouveau de l'architecture nucléaire
Rejoignez Cyberarchi : 

Centrale de Flamanville (50) : le renouveau de l'architecture nucléaire

© Cyberarchi 2019

La 3ème tranche de la centrale de Flamanville, intégrant un réacteur nucléaire EPR nouvelle génération, est en cours de construction depuis plus d'un an. Maître d'ouvrage et exploitant, EDF a choisi l'agence Bridot Willerval qui propose une architecture contemporaine et cohérente avec celle des premières tranches, en veillant à l'intégration dans l'environnement.

 
 
A+
 
a-
 

Près de 30 ans après la construction des premières centrales françaises, l'agence parisienne s'inscrit dans le mouvement des architectes qui réclamait déjà au début des années 80 plus d'intérêt accordé à l'architecture, pour une meilleure intégration dans le paysage français.

Située sur la côte ouest de la péninsule du Cotentin, à 25km de Cherbourg, au pied d'une falaise granitique haute de 70 mètres et au bord de la mer, la centrale de Flamanville dispose à ce jour de deux réacteurs nucléaires à eau pressurisée de 1.300MV, mis en service en 1986 et 1987.

Objectif : souligner la haute technicité des lieux tout en respectant le plan de masse d'origine. Le projet proposé par l'architecte Bruno Willerval repose donc sur une conception simple, puissante, avec un alignement régulier des bâtiments à proximité immédiate de la falaise, uniquement visible depuis la mer.

Parfaire l'intégration dans le site naturel

La volumétrie reste sensiblement la même que celle des tranches précédentes, positionnée sur la plate-forme du site, calée à +12,40m NGFN, soit bien au-dessus des plus hautes eaux prévisibles. Un travail de rénovation et d'uniformisation a également été entrepris sur les façades des salles de machines des tranches 1 et 2, auparavant de couleur bleu marine.

La situation en bord de mer confère à la centrale une capacité importante de refroidissement, plus favorable que le bord de rivière du point de vue thermodynamique et ne nécessitant pas la construction d'une imposante tour de refroidissement. Le choix des teintes et matières a fait l'objet d'une étude colorimétrique de la nature environnante. La végétation des landes, ajoncs, bruyères et fougères, mariée au gris des falaises, colore les sommets d'une teinte ocre brune.

Ainsi est né le concept architectural, basé sur cette couleur appliquée à l'ensemble des bâtiments côté mer, grâce à un bardage en aluminium de couleur brun foncé, de type Kalzip, intégrant des stries verticales tous les 40cm. L'îlot nucléaire a été conçu en béton de couleur grise identique aux falaises de granit. Seuls les trois volumes du bâtiment de bureaux POE, tout comme la station de pompage située à côté disposeront d'une façade particulière en béton architectonique de couleur blanc cassé ou gris clair.

Technicité...

La salle des machines et le bâtiment POE, situés côte à côte, ont été conçus dans le même esprit contemporain, symbole de la nouvelle technologie EPR (European Pressurized Reactor). La nouvelle salle des machines, parallélépipède de 114m de long, 60m de large et 49m de hauteur, est structurée par une toiture aux pentes contrariées et par une façade inclinée vers la mer comme pour braver le vent venant de l'océan. Dans le même esprit de modernité, le bâtiment POE présente une ligne de toiture tendue.

Les sous-sols de ce bâtiment comportent deux niveaux qui abritent les vestiaires du personnel et quelques locaux techniques. Ils communiquent par différentes galeries accédant aux multiples infrastructures. Ces ouvrages enterrés ont fait l'objet d'un permis de construire spécifique.

... et transparence

Le bâtiment POE a été étudié pour laisser passer un maximum de lumière. Le rez-de-chaussée, qui abrite la partie technique, (85,60m de long, 74m de large et 13,80m de hauteur) est surmonté d'un bâtiment de bureaux se composant de trois volumes orientés est-ouest présentant chacun cinq niveaux achevés par une toiture courbe en aluminium naturel partiellement ajourée qui cachera l'ensemble des réseaux et locaux techniques au dernier étage.

Les trois entités de bureaux sont reliées entre elles à chaque niveau par de légères galeries métalliques revêtues de verre et traitées afin d'obtenir un maximum de transparence. Une autre passerelle habillée d'un bandeau de verre et de bardage métallique assurera la liaison entre le troisième étage de l'immeuble sud-ouest à la salle des machines et à l'îlot nucléaire.

De grandes portes coulissantes s'ouvrent côté mer et quelques fenêtres latérales correspondent aux niveaux internes des mezzanines. Enfin, l'entrée principale du bâtiment de bureaux s'effectuera sur la façade opposée à la mer. Un hall vitré sur deux niveaux donnera accès à des circulations verticales desservant tous les niveaux.

Agence Bridot Willerval

Fiche technique

Maître d'ouvrage : EDF
Architecte : Agence d'architecture Bridot Willerval
Génie Civil : Groupe Bouygues Construction
Mise en service du réacteur : 2012
Surface : 31.654m² SHON

Centrale de Flamanville (50) : le renouveau de l'architecture nucléaire
Centrale de Flamanville (50) : le renouveau de l'architecture nucléaire
Centrale de Flamanville (50) : le renouveau de l'architecture nucléaire
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  
CYBER