• Accueil
  •  > 
  • Ce que d'autres imaginaient, Godin l'a fait
Rejoignez Cyberarchi : 

Ce que d'autres imaginaient, Godin l'a fait

© Cyberarchi 2018

S'inspirant de certains architectes, mais aussi innovant avec des ouvriers compagnons, et n'hésitant pas à dessiner lui-même plans et détails, l'industriel picard Jean-Baptiste Godin imagine son Palais Social en 1858. Plus de 150 ans plus tard, le Familistère de Guise, toujours habité en partie et devenu un musée par ailleurs, nous donne une belle leçon d'architecture. A visiter maintenant plus que jamais.

 
 
A+
 
a-
 

Fils d'un artisan serrurier, Jean-Baptiste Godin naît au début du XIXème siècle au fin fonds de la Thiérache picarde. Ouvrier compagnon durant deux ans, autodidacte nourri des idées de Saint-Simon, d'Etienne Cabet et de Robert Owen, il rejoint l'atelier familial, avant de se lancer très vite dans la fabrication de poêles en fonte de fer, technique qu'il met au point à partir de ses propres expérimentations. Son tour de France lui a fait mesurer l'ampleur de la misère ouvrière, et ses convictions personnelles l'ont amené à se rapprocher des idées de Charles Fourier et de l'Ecole sociétaire créée par ses disciples. Industriel reconnu, il investit alors plus d'un tiers de son patrimoine dans l'essai de colonie fouriériste lancé au Texas par le polytechnicien Victor Considerant.

L'architecture au service des plus démunis

En dépit de l'échec que connaît l'expérience, il reste convaincu que « la réforme de l'habitation engendrera le progrès social » (in « Solutions Sociales », 1871). Il décide donc de mettre en oeuvre son propre projet d'habitation, à deux pas de son usine. Il s'entoure alors des meilleurs compagnons de France, fait appel à l'architecte Victor Calland, et bâtit un ensemble impressionnant de trois bâtiments, très proche de la structure du Château de Versailles, et pourtant si différent dans son esprit. C'est le Palais Social qu'il réserve à ses ouvriers, à ses cadres et à leurs familles.

Des innovations remarquables avant l'heure

La liste est longue. Comment ne pas se laisser séduire par cette verrière magnifique, abritant une cour intérieure de 860 m2, et restituant aux 150 appartements une qualité de lumière exceptionnelle ? Ecolo avant l'heure, Godin invente aussi l'aération naturelle par un système de conduits de ventilation, partant des caves jusqu'à la verrière, en partie ouverte sur sa base. Aux registres des innovations, Godin lance encore le concept de vide-ordure, invente le banc pupitre évolutif pour les salles de classe, ou encore les berceaux de la nourricerie en structure métallique aérée...
Chaque détail, depuis l'architecture jusqu'à l'aménagement intérieur et le mobilier, est pensé pour offrir à chacun le meilleur, quelle que soit sa position hiérarchique dans l'usine. C'est lui aussi qui détermine la bonne distance d'espacement pour les barreaux des coursives qui parcourent les promenades intérieures des immeubles. Un enfant peut passer sa tête sans danger, tout en ne risquant pas de tomber. Cette distance est d'ailleurs devenue aujourd'hui un des référents dans les normes de sécurité officielles. Un détail, oui, sans doute, mais qui signe la volonté de Godin de créer la plus aboutie des « machines à habiter ensemble », aurait dit Le Corbusier.

Une rénovation vivante et pédagogique

Classé aux Monuments Historiques dès 1991, le Palais Social de Godin a fait l'objet dès 2006 d'importants travaux de rénovation, menés par les architectes Béatrice Jullien et Catherine Frenak. Près de 6 millions d'€ ont été investis par le Département, la Région, l'Etat français et l'Union Européenne pour faire revivre cette utopie qui a su prouver durant plus d'un siècle... qu'elle pouvait, bel et bien, être réelle. Un parcours au coeur du Pavillon central du Familistère, des appartements, des jardins, de l'école (toujours en service), du théâtre (tout juste réhabilité) et de la piscine permet au visiteur de découvrir, dans ses moindres détails, la conception de l'ouvrage, et surtout l'idée qui a prévalu à l'ensemble de ce projet : ce que Godin appelait « l'innovation au service du profit collectif ».

Agnès Delcourt

Ce que d'autres imaginaient, Godin l'a fait
Ce que d'autres imaginaient, Godin l'a fait
Ce que d'autres imaginaient, Godin l'a fait
Ce que d'autres imaginaient, Godin l'a fait
Ce que d'autres imaginaient, Godin l'a fait
Mot clefs
Catégories

Recevez la newsletter

CYBER