Rejoignez Cyberarchi : 

Castro for president !

La dépêche AFP datée du 21 avril dernier ne laisse pas de surprendre. Aussi, CyberArchi ne résiste pas au plaisir de la diffuser à son tour. Son titre ? L'architecte Roland Castro candidat à l'Elysée en 2007.

 
 
A+
 
a-
 

L'architecte Roland Castro a annoncé le 21 avril dernier qu'il serait candidat à l'Elysée en 2007 pour "réveiller poétiquement et politiquement" l'élection présidentielle.

Dans un communiqué, l'architecte urbaniste, âgé de 64 ans, a rappelé qu'après le 21 avril 2002, où Lionel Jospin, devancé par Jean-Marie Le Pen, avait été éliminé dès le premier tour de la présidentielle, il avait fondé le Mouvement de l'utopie concrète (MUC). Il s'agit, selon lui, d'un "mouvement de citoyens animés par le même désir de faire de la politique sans forcément en faire une profession".

Sous la présidence de François Mitterrand, Roland Castro avait travaillé à la rénovation des banlieues en lançant avec Michel Cantal-Dupart "banlieue 89". Pour pouvoir se présenter à l'élection présidentielle, un candidat doit recueillir 500 signatures d'élus.

En guise de programme, pour rappel, voici ci-dessous le texte du Manifeste de l'utopie concrète :

Rester silencieux, ou parler dans son coin, devient de la lâcheté, de la connivence, de la résignation...

Aucun projet ne se dessine en Europe où la gauche, mangée par l'air du temps, n'a pas pu produire autre chose qu'un médiocre social libéralisme.
Aucune utopie ne porte le vieux continent pacifié.
Pourrions-nous parler d'un Front Populaire Européen ?
Peut-il inventer un espace des libertés et du lien social dans ce monde que les religions, les tribus émiettent.
Pouvons-nous penser ?
Pouvons-nous orienter la protestation anti-mondialisation dans un projet positif de partage de la culture avec le Sud ?
Dans une lutte mondiale pour la laïcité ?
Dans l'invention d'un plan Marshall pour le Monde ?
Pour porter ce projet mondial,
Pouvons-nous faire de l'Europe le lieu d'un lien social restauré ouvert sur le monde ?
Pouvons-nous proposer à l'Europe,
un service civil garçons filles, un impôt de la personne utile, au Sud et au Nord, à la pacification des esprits et au développement ?
Pouvons-nous proposer à l'Europe,
De nouveaux services publics,
De l'eau, de la ressource fondatrice,
Du bâtiment, embellir et transformer les villes hors du marché,
Du médicament, l'intelligence devenant gratuite, on ne fait pas d'argent sur le Sida ?
Pouvons-nous faire un tour de l'Europe en prenant le meilleur de chaque pays ?
Pouvons-nous reconnaître le fait métropolitain et fabriquer un au-delà de l'Europe des nations appuyé sur les métropoles qui sont aujourd'hui les lieux où se croisent les citoyens du monde entier ?
Pouvons-nous penser une politique de l'école qui fabrique du citoyen, hors de l'idée de former du producteur ou de formater de l'idiot ?
Pouvons-nous décider que les villes en Europe ne connaissent plus de lieux apartheidaires ?
Pouvons-nous décider de pouvoir se parler et développer la latinité, pas seulement la francophonie ?
Pouvons-nous penser l'impôt hors des catégories de la technocratie ?
Pouvons-nous orienter l'impôt vers tout ce qui fabrique du lien social, supprimer la T.V.A. sur tous les lieux de rencontre, bistrots, restaurants et cafés théâtre ?
Pouvons-nous lancer un mouvement philosophique de masse, inventer des instances de palabre, genre sénat philosophique, pour ne pas laisser aux commissions et aux spécialistes la gestion des questions éthiques, informatiques et télévisuelles ?
Pouvons-nous fabriquer des Parlements composés d'amateurs éclairés et ainsi marginaliser ce qui s'appelle partout la classe politique et qui s'éloigne chaque jour des citoyens ?
Exerçons donc notre liberté, qu'aucune main invisible ne nous guide !
Tout commence toujours par les idées.
Reprenons des vieilles recettes dont celle des Etats généraux.
Décidons de lancer des Etats généraux de l'utopie concrète.
Car rien de ce qui est dit là n'est impossible, et pourtant fait rêver.
Dans la complexité du Monde, on peut porter quelques idées simples.
La personne est au centre, et son émancipation est la condition de celle du tous, il faut lire Marx dans le bon ordre.
Le commun est possible à condition, comme dit Freud de s'ôter de la tête que l'homme est bon, et de faire l'erreur d'en vouloir un nouveau.
La question de l'art est centrale pour un projet commun, le sublime est ce qui permet de grandir et d'élever les hommes.
L'embellissement et la transformation des villes, le développement de la création, l'éducation populaire, la célébration artistique du vivre ensemble sont le ciment d'un projet commun, l'amour possible dans un monde sans amour.
Il faut traiter le citoyen en artiste (" As an artist ", dit Joyce)
Les Etats généraux auraient une musique : l'hymne à la liberté du Don Juan de Mozart,
Une devise : celle de Rimbaud des Illuminations " j'ai tendu des cordes de clochers à clocher ; des guirlandes de fenêtre à fenêtre ; des chaînes d'or d'étoile à étoile, et je danse ".
Une manière de s'exposer en Europe : la tournée de l'illustre théâtre de Molière.
Les trois Christ laïques seraient convoqués.
L'espace démocratique des Etats généraux serait le cercle, ou l'ovale (dans l'ovale il y a deux foyers et pas de lieu pour le despote).
Les premiers Etats généraux pourraient se tenir aux Bouffes du Nord,
Dans un premier temps ils rassembleraient ceux qui trouvent des chemins dans les sociétés les plus bloquées.
Philosophe qui comme Michel Onfray démissionne de l'Education National et crée une université populaire de philosophie.
Militant qui comme Richard Dethyre en créant l'APEIS a inventé les chômeurs comme acteurs dans l'espace public.
Architecte comme Patrick Bouchain qui fabrique du lieu en créant du lien
Etc. .....
L'idée est aujourd'hui d'unir les intellectuels fabricants.
Pas seulement l'engagement Sartrien (toujours suspect) ni uniquement l'organique (Gramscien),
Non ! des intellectuels fabricants
Construisons en Europe une Fabrique Démocratique, un espace de projets
Comme d'habitude
Encore un effort Européens, rejoignons nous,
Si vous voulez refonder en Europe la République.

Signataires du Manifeste:
Cyril Aouizerate, Roland Castro, Arnauld Champremier, Vincent Charpenet,
Gaspard Delanoë, Mina Djaad, Leila Gicquel, Geoffrey Gouverneur, Marc Fontaine, Patrice Franceschi, Eric Halphen, Antoine Lefebure, Ahmed Meguini, Abel Mestre, Alexandre Pessar, Oriane Sarfati, Vincent Vogt.
Pour participer
Contact : secretariat@utopiesconcretes.org

Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  
CYBER