• Accueil
  •  > 
  • Cameroun : projet de case communautaire dans un village isolé
Rejoignez Cyberarchi : 

Cameroun : projet de case communautaire dans un village isolé

T. Berthomé & E. Robin : Copyright 2019

Emmené par deux étudiants de l'ensapBX (Ecole d'architecture de Bordeaux) et candidat aux Trophées solidaires, le projet Vi(e)llage doit améliorer la vie de 12 familles du hameau de Nikol-Assi (50 km de Yaoundé) sans électricité et mal raccordé aux réseaux routiers. 

 
 
A+
 
a-
 

« Nkol-Assi n'est ni dans l'urgence ni dans le besoin. On y vit au rythme de la forêt équatoriale et des saisons. Seulement, il subit un désintéressement des plus jeunes, qui partent en ville », expliquent Emmanuelle et Tiphaine,  étudiantes à l'école nationale supérieure d'architecture et du paysage de Bordeaux (ensapBx).

 

Avec les habitants

 

Ensemble elles ont participé à un workshop de cinq mois en 2015, dans un sous-quartier de Yaoundé. Une expérience qui leur a donné envie de développer des projets en accord avec les besoins du lieu, des habitants.

 

Candidates aux Trophées solidaires – qui récompensent des projets de solidarité active à travers le monde – les deux futures architectes (elles sont en fin de deuxième cycle) se préparent à retourner sur place pour construire avec les habitants et des étudiants la case communautaire.

 

Case à palabre

 

C'est de leur rencontre avec Victor et Séraphine, un couple vivant à Nkol-Assi, qu'est né Vi(e)llage. Ces derniers mettent à disposition un terrain disponible au centre du hameau, pour y construire un espace de palabre et de réunion, tout en prenant en compte les problématiques environnementales.

 

Cette case accueillera les jeunes durant les vacances scolaires. Et permettra de multiplier les activités pour que ceux-ci réalisent que « le développement de leur village natal est entre leur main ». Le reste du temps, elle sera support d’activités artistiques et musicales et un lieu de fête ou de deuil.

 

Graines de solidarité

 

Le projet fait appel à des matériaux locaux et de proximité (dans un périmètre de 20km), exception faite d'un lampadaire solaire fourni par Sunna Design et de voiles moustiquaires de chez Diatex pour la réalisation d'un foyer. Sont également prévus un espace de passage pour accueillir les invités, un autre pour le stockage d'instruments de musique (balafons) et de cuves de récupération d'eaux pluviales, et du maraichage avec le soutien de Kokopelli.

 

Tous les murs montés sont en terre (technique du pisé utilisant la terre locale), ou en bois local. Le sol est simplement travaillé en terre battue. Seule la case de passage nécessite l'emploi de béton récupéré en ville, pour ses fondations. Enfin, la réalisation du toit nécessite l'achat de tôles ondulées. 

 

Ce village qui vit « avec la forêt, la régule, la respecte et la valorise [a] également le droit à l'accès au mieux-vivre. Ne pas s'intéresser à ces géographies reculées et ce qui les compose, et seulement laisser une dynamique capitaliste nourrir l'exode rural, serait une pensée régressive », estiment Emmanuelle et Tiphaine, qui sont toujours à la recherche de fonds.

 

En savoir plus : http://www.trophees-solidaires.fr/projets/viellage-construction-collaborative-dune-case-polyvalente-en-materiaux-locaux-nkol-assi-au

 

Laurent Perrin

 
case communautaire
Case communautaire
Case communautaire
Case communautaire
Case communautaire
Case communautaire
Case communautaire
Case communautaire
Case communautaire
Case communautaire
Mot clefs
Catégories
CYBER