• Accueil
  •  > 
  • Bonnes et mauvaises solutions pour la relance du logement : L'alerte des architectes
Rejoignez Cyberarchi : 

Bonnes et mauvaises solutions pour la relance du logement : L'alerte des architectes

© Cyberarchi 2019

Acteurs du cadre de vie au contact des citoyens et des pouvoirs publics, les architectes ne peuvent rester indifférents face à la situation du logement en France. Ils souhaitent alerter le monde politique sur le caractère inapproprié voire dangereux de certaines solutions préconisées pour relancer la construction du logement. Communiqué de l'Ordre des architectes d'Ile-de-France.

 
 
A+
 
a-
 

Relancer la construction de logement, oui, mais pas dans n'importe quelles conditions. Ne répétons pas les erreurs du passé.

Le besoin de logements en France est évalué à plus d'un million d'unités tous types confondus. Une politique du logement à l'échelle de ces enjeux doit être mise en place afin de construire :

  • davantage de logements locatifs à prix abordables, en réponse aux besoins urgents des sans abri et des mal logés. 10% seulement des logements construits aujourd'hui sont réellement sociaux ;

  • davantage de logements durables, économes en énergie et situés près des transports en commun ;

  • des logements de meilleure qualité issus du dialogue entre des commanditaires responsables et des architectes indépendants, avec des financements adaptés aux nouvelles réglementations et aux nouveaux besoins.
Telle qu'elle est envisagée aujourd'hui, la relance du logement ferait baisser la qualité bâtie

Les architectes se prononcent :

Contre les logements 'hors sol', simples outils de défiscalisation implantés loin des transports, des équipements et des services. Ils sont à l'origine d'urbanisations contradictoires aux objectifs du Grenelle de l'environnement, détachées des besoins réels et susceptibles de devenir à leur tour des zones de relégation sociale.

Contre le comptage des logements en accession à la propriété sociale dans les 20% de logements sociaux que chaque ville doit construire (article 55 de la loi SRU).

D'autres moyens existent pour sortir la construction de logements du tunnel

Les architectes demandent :

  • une modification du droit des sols, pour libérer des opportunités foncières ;

  • l'augmentation des pénalités pour non-respect de la loi SRU sur le logement social ;

  • une extension raisonnée des mesures prises dans l'article 10 de la Loi de mobilisation pour le logement et la lutte contre l'exclusion, dite loi Boutin, qui autorise les communes à définir des secteurs où une majoration du volume constructible serait accordée lorsque ces secteurs prévoient 50% au moins de logements sociaux. Il faut aller plus loin, en élargissant cette majoration à toute opération de logement locatif social et en imposant que les secteurs retenus par les communes soient situés à proximité des transports collectifs, des équipements et des services ;

  • une incitation de l'Etat, par l'intermédiaire des préfets, à adopter dans les Plans Locaux d'Urbanisme des règles favorisant la densité, en respect du Grenelle de l'Environnement ;

  • l'exploration de nouveaux moyens de production pour le logement social, pour pallier le désengagement financier de l'Etat qui passe aujourd'hui le relais au privé.
Bonnes et mauvaises solutions pour la relance du logement : L'alerte des architectes
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  
CYBER