Rejoignez Cyberarchi : 

Bienvenue au Paradis !

Brice Robert : Copyright 2019

 

C’est un projet complexe de réhabilitation et l’extension d’une ancienne ferme dauphinoise en résidence principale avec deux chambres d’hôtes qui non seulement respecte les normes actuelles de construction mais qui inspire un nouveau souffle à l’édifice.

 
 
A+
 
a-
 

A Pont-en-Royans (Isère) l’agence Y. Architectes (Yann Drossart et Yann Fontaine) vient de livrer un projet atypique comportant quelques subtilités qui font sa singularité. Le projet au départ avait comme but de remplacer un séchoir à noix, devenu vétuste et obsolète par une extension d’habitation. Pour garder l’authenticité des lieux, les architectes ont décidé de s’inspirer de l’existant pour proposer une construction qui tout en répondant aux diverses exigences des utilisateurs des lieux, respecte l’environnement.   

 

L’imbrication des cubes

 

Plusieurs corps de bâtiments cohabitaient sur la parcelle difficile qui présente une pente donnant directement sur un lotissement de résidences individuelles. Le séchoir à noix occupait l’une des unités se trouvant sur le site, les architectes ont souhaité remanier l’ensemble tout en gardant l’esprit des lieux. C’est pourquoi, ils ont maintenu l’imbrication des volumes construits les uns sur les autres. Une composition qui reprend les mêmes codes de construction du reste de la ferme.

 

Le nouvel arrivant qui propose trois nouveaux cubes s’inscrit dans une certaine continuité et vu les matériaux utilisés nous pouvons dire qu’il perpétue la disposition d’autrefois.

 

Le mélange des matières

 

Tandis que le premier volume qui se trouve au rez-de-chaussée est couvert d’un bardage « bois-béton » qui se rapproche de la même teinte que celle des pierres composant le corps de ferme, le deuxième volume situé toujours au rez-de-chaussée, est recouvert  de bois de châtaignier vieilli et nous rappelle les lattes qui couvraient la façade du séchoir démoli. Quant  à la troisième boîte qui se trouve à l’étage, elle est habillée de tasseaux ajourés de mélèze non traité faisant écho au plancher de l’ancien séchoir.

 

L’intérieur est épuré, la couleur blanche y est dominante et les détails sont soignés. Les diverses ouvertures vers l’Ouest procurent à l’ensemble des vues imprenables sur la vallée de la Bourne ainsi que ses environs. Vu l’orientation de certaines pièces, une protection solaire a été prévue pour les journées de grande chaleur.

 

Dans le projet de l’agence Y. Architectes, la cohabitation des différentes matières donne une allure particulière à l’ensemble qui finit par conjuguer merveilleusement  les différences pour aboutir à une entité hybride à la fois fonctionnelle et utile. Un travail qui satisfait tous les partis !

 

Sipane Hoh

Les photos : © Brice Robert

Le Paradis
Le Paradis
Le Paradis
Le Paradis
Le Paradis
Le Paradis
Le Paradis
Le Paradis
Le Paradis
Le Paradis
Le Paradis
Le Paradis
Mot clefs
Catégories
CYBER