• Accueil
  •  > 
  • Bibliothèque d'Epinal : la part belle faite aux images
Rejoignez Cyberarchi : 

Bibliothèque d'Epinal : la part belle faite aux images

© Cyberarchi 2020

L'agence lyonnaise Chabanne & partenaires est lauréate du concours pour la Bibliothèque d'Epinal. Voici donc le dossier de présentation d'un équipement, décrit comme "un carré essentiel construit autour de la salle des boiseries", dont l'une des originalités est constituée d'écrans thématiques qui animent les façades.

 
 
A+
 
a-
 

De forme simple et élémentaire, le bâtiment carré est transpercé par l'espace d'accueil transparent qui prolonge le parvis en direction de la ville. La bibliothèque s'habille de vitrines sérigraphiées qui illustrent les liens étroits existants entre la littérature et l'image d'Epinal, et dévoile les salons de lecture intérieurs. Des espaces fluides et obliques s'ordonnent autour de la salle des boiseries, traitée comme un écrin précieux et qui protège un fragment de patrimoine local historique.

LE PARTI URBAIN

Un signal élémentaire et fondateur

La première pierre du site en devenir : A partir de son implantation et de son orientation évidente se construit le renouveau du quartier Saint Michel. La position des espaces qualifiés et des futurs équipements paraît plus évidente. De manière plus imagée, c'est la première pierre d'un réseau culturel d'envergure.

Un projet repérable et identifiable : c'est un signal à la monumentalité maîtrisée qui marque l'entrée de ville. C'est un symbole culturel vu de la rue Saint-Michel venant depuis le centre ville comme depuis la périphérie.

Une oblique transperce le projet : c'est le prolongement dynamique du hall de l'équipement. Il met en perspective les espaces publics au-delà du projet (parvis stationnement et parc paysager) et guide le public vers l'entrée.

Un espace public fédérateur et structurant

Un mail fédérateur double la rue Saint Michel requalifiée. Grâce à l'élargissement de l'artère, une promenade piétonnière et arborée est aménagée et requalifie l'entrée de ville. Sa ligne droite donne une grande dimension au projet et aux aménagements futurs. L'alliance du minéral et du végétal crée une grille paysagère, concrétisée par un calepinage minéral et des alignements d'arbres. Cette grille met en relation les différents abords et les accès : pelouses, stationnements, voiries, parvis... Il n'y a pas d'espace résiduel, seulement des espaces qualifiés. Ce traitement renforce la confrontation entre la BMI et les autres équipements par rapport à leur environnement.

L'alternance des pleins et des vides rythme la rue. L'espace de la rue, autrefois perçu comme étroit, se dilate grâce aux vides entre les équipements bâtis. Cette succession dynamique offre également des perspectives sur la végétation à flanc de colline.

Une implantation optimale et contextuelle

L'équipement est visible depuis les accès du site. Son entrée est clairement repérable, grâce au hall en position de signal et à l'espace d'accueil en face de ces axes de passages. L'orientation et l'implantation compacte permettent de limiter l'impact au sol, d'économiser le terrain, de limiter les surfaces imperméabilisées. La façade Nord sur la rue définie un nouveau front urbain et un alignement logique pour les aménagements futurs. Le projet ne favorise pas de façade principale : il est à la fois tourné sur la rue, sur la ville et sur le parvis. Le projet prend en compte les contraintes du site. Il se cale suivant les études d'aménagement, respecte les reculs et hauteurs réglementaires. Les mouvements de terre sont limités en se positionnant en retrait du coteau.

LE PARTI ARCHITECTURAL

Un prisme compact et contrasté

Un volume unitaire et sculptural. D'apparence monolithique, il est en fait entaillé et fracturé selon des traces obliques. Ces failles et ces vides dynamiques s'opposent au caractère statique du bâtiment ; ils organisent les espaces intérieurs. Les façades ont un caractère continu et changeant. Le revêtement est réalisé à partir de panneaux métalliques de couleur rouille disposés sous forme d'écailles. Cette teinte chaleureuse se décline dans un camaïeu qui diversifie l'aspect de cette peau. Des bow-windows animent les façades sans altérer leur unité. Des cadrages transpercent l'enveloppe et lui donnent sa profondeur, grâce à une certaine compacité, à l'usage d'un vocabulaire architectural commun et à une toiture unitaire qui abrite les composantes du programme, l'ensemble maintient sa cohérence.

Des écrans thématiques animent les façades

La thématique de la littérature et de l'image d'Epinal se développe en filigrane dans un jeu entre écrans ponctuels montrant des images et un ruban horizontal calligraphié qui les surligne. Plus que l'identité du projet, ce dispositif devient un vecteur de communication. Suggérée le jour, révélée la nuit, l'alliance thématique offre plusieurs visages au projet. De jour, ce sont les teintes et les volumes qui sont vraiment perceptibles. La nuit, l'effet de lanterne magique accentue les représentations graphiques.

Vus de l'intérieur comme de l'extérieur, ils se présentent sous la forme de films imprimés stabilisés par des panneaux de verre placés devant les ouvertures. Des parterres d'épineux empêchent de les toucher tandis que des passerelles permettent leur maintenance.

La salle des boiseries : le "saint des saints"

C'est un sanctuaire en grès rose. C'est un bâtiment dans le bâtiment, un fragment de patrimoine ancré dans les siècles. Son calepin soigné et son aspect minéral renforcent cette métaphore du savoir primordial. L'espace d'accueil le met en scène. La composition monumentale des escaliers symétriques donne un caractère institutionnel à l'espace d'accueil. Les regards sont concentrés sur l'écrin et précisément sur l'ouverture généreuse qui permet au public de découvrir les boiseries. Les espaces s'organisent autour de cet écrin. Les secteurs jeunesse, adultes et images se composent autour de lui. Leur fluidité met en valeur son apparence massive. Les passerelles semblent créer un trait d'union entre générations, entre savoirs...

LE PARTI FONCTIONNEL

Un fonctionnement simple et efficace

L'organisation en deux niveaux reliés par un hall rend le fonctionnement évident et lisible dès l'entrée. Deux escaliers majestueux relient les secteurs de consultation en étage et les services, l'accueil en rez-de-chaussée. La surveillance et le contrôle sont assurés. La fluidité du plan et la disposition du mobilier bas autour des banques d'information permet de larges vues sur les secteurs tandis que la limite contrôlée est franche pour une meilleure souplesse d'utilisation.
Les liaisons sont efficaces et dédiées. Le public est séparé du personnel au niveau des annexes. Le circuit du livre et la liaison entre le monte-livres et la banque de retour et d'accueil sont minimaux.

Une conception basée sur la lumière naturelle

La lumière zénithale est favorisée. La toiture épaisse est percée de sheds linéaires orientés au nord qui permettent de diffuser une lumière homogène au coeur du bâtiment. Ils sont complétés par des lanterneaux ponctuels. Les bow-windows cadrent les vues. Ils apportent une lumière filtrée par les écrans imagés dans les "salons de lecture". Les transparences accentuent la luminosité et l'ouverture des locaux. Les grands plateaux de lecture à l'étage permettent des vues traversantes qui relient les espaces entre eux.

Des espaces calmes et intimes

Les espaces de consultations sont isolés et séparés. Les secteurs à l'étage sont distincts des locaux animés comme l'accueil au rez-de-chaussée. Des parois vitrées renforcent cette ambiance calme.
L'acoustique des locaux est renforcée. Les revêtements de sol et les faux plafonds perforés absorbent les bruits. Prolongeant les bowwindows, des faux plafonds bas confèrent une ambiance feutrée dans les espaces limités de lecture. Des salons à l'échelle humaine permettent le "chacun chez soi". Les lecteurs sont rassemblés dans en petite unité dans des espaces intimes. Grâce à l'utilisation du bois en panneaux et charpente, l'esprit intérieur est convivial et chaleureux.

Fiche technique :

L'équipe lauréate de maîtrise d'oeuvre : CHABANNE & partenaires, architecte mandataire
ASP : architecte associé
B.E.S.T. : économie, acoustique, v.r.d., o.p.e.
G.E.T.C.I. fluides, structure
Coût des travaux : 7.6 M d'euros HT
Coût d'opération : 11.4 M d'euros TTC
S.H.O.N. : 5.674 m²
Lauréat du concours : septembre 2005
Etudes : octobre 2005 - juin 2006
Travaux : août 2006 - décembre 2007
Mise en service : décembre 2007

Bibliothèque d'Epinal : la part belle faite aux images
Bibliothèque d'Epinal : la part belle faite aux images
Bibliothèque d'Epinal : la part belle faite aux images
Bibliothèque d'Epinal : la part belle faite aux images
Bibliothèque d'Epinal : la part belle faite aux images
Bibliothèque d'Epinal : la part belle faite aux images
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  

Recevez la newsletter

CYBER