• Accueil
  •  > 
  • Babin+Renaud : « L’interstice entre les deux blocs fabrique la mixité attendue »
Rejoignez Cyberarchi : 

Babin+Renaud : « L’interstice entre les deux blocs fabrique la mixité attendue »

Atelier Babin+Renaud : Copyright 2020

Au Mans, l’Atelier Babin+Renaud a livré le Centre culturel des Quinconces, un étonnant programme mixte qui regroupe un multiplexe, un théâtre et une petite galerie d’exposition. Avec sobriété, les architectes ont structuré leur intervention autour de l’espace public et ont modulé la présence spatiale du multiplexe en regard du théâtre.

 
 
A+
 
a-
 

Le nouveau centre culturel du Mans a été un projet de longue haleine… Malgré un concours gagné en 2002, il n’a été ouvert au public qu’au mois de mai de cette année. La raison de ce délai ? « Dix-huit recours contentieux ont été menés par les associations de riverains », relate Eric Babin. Et de préciser qu’il n’y a jamais eu  « d’attaques sur l’architecture du bâtiment, mais que certains habitants étaient inquiets de voir arriver un multiplexe en centre-ville. »

De fait, c’est un site symboliquement chargé dont Eric Babin et Jean-François Renaud ont hérité. Ce site se trouve au pied de la cathédrale Saint-Julien, face à la Cité judiciaire. Il se  situe également en interface de deux grandes places : la place des Jacobins, où se tient trois fois par semaine un marché populaire, et l’esplanade arborée des Quinconces qui, dans un esprit foirail, accueille des manifestations comme la 25e heure du livre et le pesage des voitures des 24 heures du Mans. Dans ces conditions, comment régler la monumentalité qui sied aux espaces publics sans concurrencer le chevet gothique de la cathédrale ? Quel rapport instituer entre le multiplexe et le théâtre ?

Parti pris fragmentaire

Plutôt que de créer un bloc monolithique, les architectes ont choisi de diluer les présences volumétriques et ont conçu deux blocs autonomes que réunit une fine toiture métallique. Une typologie qu’ils ont été les seuls à proposer lors du concours et qu’ils justifient en expliquant que le théâtre est administré par la ville du Mans alors que le cinéma est géré par l’enseigne Pathé (locataire de la ville) : « Le programme prévoyait une galerie intérieure reliant le multiplexe au théâtre. Mais cette liaison ne pouvait pas fonctionner, détaillent-ils. Notre projet fonctionne par fragmentation. Traité comme un espace public à l’air libre, l’interstice entre les deux blocs fabrique la mixité attendue. »

De ce parti pris fragmentaire résultent deux volumes épurés et une monumentalité sobre, presque neutre. L’espace public se prolonge jusqu’au cœur du complexe culturel et les deux places sont mises en relation visuelle. Le volume en verre du théâtre est en représentation sur la place des Jacobins. En retrait, le volume du cinéma présente une façade opaque, très éloignée de l’image habituelle d’un multiplexe : « Il était important que le théâtre soit l’entité majeure de la place, qu’il ait une permanence dans la ville, indique Jean-François Renaud. A la différence, le cinéma s’inscrit dans une logique privée et peut évoluer en fonction des besoins. »

En souterrain

Reléguée au second plan, la partie visible du multiplexe n’est d’ailleurs que la partie émergée de l’iceberg. Sur onze salles de projection, huit sont enterrées. Pour ses concepteurs, une fois de plus, il s’agissait de minimiser l’impact des composantes commerciales du programme. Une volonté forte qui est allé jusqu’à supprimer les affiches de films en façade. Dans ce multiplexe qui ne dit pas son nom, huit poteaux seulement soutiennent le bâtiment de manière à assurer la flexibilité de l’ensemble. Le hall d’entrée, de plain-pied avec le parvis, est vierge de toute fonction marchande, hormis un café-restaurant orienté sur l’arrière, face à l’esplanade des Quinconces. Ce hall s’ouvre largement sur un second hall en contrebas dans lequel on trouve la billetterie, l’accès aux salles de projection et les distributeurs à friandises à l’abri des regards de la rue.

Côté Théâtre, la façade de verre a été pensée comme un rideau de scène. A dessein, des sérigraphies verticales, réalisées sur les faces intérieures et extérieures du vitrage, produisent des effets de vibration. La magnifique salle de représentation est dite polyvalente. Elle a été conçue aussi bien pour des pièces de théâtre que pour des spectacles de danse, des concerts et de l’opéra. Pour assurer cette polyvalence du point de vue acoustique, le système Carmen, développé par le CSTB, a été déployé. Des enceintes, associées à des micros qui captent l’ambiance sonore, délivrent, le cas échéant, les temps de réverbération nécessaires. Dotée d’un balcon de 177 places, la salle a une jauge divisible. Elle peut accueillir 832 spectateurs au maximum. Une capacité importante pour une ville de 143 000 habitants, qui traduit l’ambition culturelle municipale.

Tristan Cuisinier

Fiche technique :

Maîtrise d’ouvrage : Ville du Mans

Maîtrise d’œuvre : Babin+Renaud, architectes mandataires / OAB, architecte associé

Economiste : Tohier

BET fluides et structure : Gromtmij Sechaud Bossuyt

BET façade : VS-A

Acousticien : ASE International

Scénographie : Daniel Darbois, atelier de scénographie Pascal Payeur

Paysagiste : Michel Desvigne

Concepteur lumière : Light cibles

Calendrier : 2002-2014

Surface SHON : 15 565 m2

Coût : 75,4 M€

Photo de Une : Atelier Babin+Renaud

Centre culturel des Quinconces au Mans
Centre culturel des Quinconces au Mans
Centre culturel des Quinconces au Mans
Centre culturel des Quinconces au Mans
Centre culturel des Quinconces au Mans
Babin+Renaud : « L’interstice entre les deux blocs fabrique la mixité attendue »
Babin+Renaud : « L’interstice entre les deux blocs fabrique la mixité attendue »
Centre culturel des Quinconces au Mans
Centre culturel des Quinconces au Mans
Centre culturel des Quinconces au Mans
Centre culturel des Quinconces au Mans
Centre culturel des Quinconces au Mans
Centre culturel des Quinconces au Mans
Centre culturel des Quinconces au Mans
Centre culturel des Quinconces au Mans
Centre culturel des Quinconces au Mans
Centre culturel des Quinconces au Mans
Mot clefs
Catégories

Recevez la newsletter

CYBER