• Accueil
  •  > 
  • Avec Fabriques, l'architecture est sur le pré
Rejoignez Cyberarchi : 

Avec Fabriques, l'architecture est sur le pré

© Cyberarchi 2020

L'agence Fabriques Architectures Paysages est spécialisée sur les problématiques liées à l'agriculture, à l'étude de ses formes actuelles et récentes et plus précisément sur l'implication contemporaine de l'agriculture dans les systèmes urbains. Elle s'oriente également sur les problématiques liées à l'espace rural. Un sujet éminemment d'actualité.

 
 
A+
 
a-
 

CyberArchi : Les grandes dates de l'agence (bref une présentation de l'agence) ?

Pierre et Rémi Janin : L'agence a été créée le 1er Janvier 2007 à la suite de notre diplôme commun en 2006, conduit alors sur l'exploitation agricole familiale dans le département de la Loire (Pierre Janin à l'Ecole d'Architecture de Saint Etienne, Rémi Janin à l'Ecole du Paysage de Blois).

Notre volonté a été dès le départ de travailler sur des thématiques agricoles ou liées à l'agriculture et sur des projets en milieu rural. Six mois plus tard, nous avons été retenus pour un concours restreint pour la création d'une zone agricole composée de neuf bâtiments d'élevage en Savoie dont nous avons été lauréats en 2008. A la suite de ce projet, nous avons participé à d'autres concours restreints publics liés au sujet agricole (stabulation pour vaches laitières pour l'INRA dans la Vienne, Pôle Régional de Manifestations Agricoles en Lozère dont nous avons été également lauréats) ou projets privés (projets de paysages sur des exploitations agricoles dans le Loiret, extensions de stabulation en Savoie ou dans la Loire, etc.).

Plus largement, nous avons travaillé sur d'autres types de projets en milieu rural (concours pour un groupement scolaire dans la Loire (lauréats en 2009), crèche, extensions d'habitations, gîtes ruraux, etc.). Notre travail s'articule ainsi aujourd'hui essentiellement sur des projets et recherches agricoles et sur des projets en milieu rural, très souvent pour de petites communes, en ayant mis en place une collaboration permanente entre architecte et paysagiste.

Qu'est-ce qui vous a convaincu de participer aux NAJA (ou dit autrement 'Pourquoi les NAJA') ?

Nous avons participé aux NAJAP quelque part par curiosité, sachant bien que nous n'étions pas dans un courant habituel par rapport à la plupart des équipes sélectionnées les années précédentes. Nous voulions d'une certaine façon confronter notre démarche à des regards extérieurs et savoir si le développement de ces sujets et le type de projets qu'ils amènent à développer pouvaient présenter un intérêt. Cela permet pour nous aussi de lui donner une valeur et de pouvoir espérer plus facilement réfléchir à ces thématiques à des échelles variées (parcs urbains, etc.).

Quelle stratégie pour constituer le dossier : la forme (en clair la méthode) ?

Nous avons présenté le dossier en mettant en avant le plus clairement possible nos spécificités, à savoir d'une part les projets, expérimentations et études liées à l'agriculture et d'autre part des projets traitant pour la plupart de problématiques rurales (bâtiments scolaires, extensions, etc.). Cela s'est apparenté de façon simple à un livret décrivant de manière plus ou moins détaillée chaque projet ou étude en fonction de l'importance que nous souhaitions mettre en avant.

Quelle stratégie pour constituer le dossier : le fond (ou encore comment s'est élaboré le choix des projets / réalisations à mettre en exergue) ?

A partir de ces thématiques, nous avions choisi de mettre en valeur les projets qui avaient le plus marqué notre parcours jusqu'ici, en développant certains d'entre eux de façon plus approfondie. La plupart sont en cours d'étude ou de réalisation, très peu étant achevés, mais nous avons pris le parti de mettre peu d'images de projets (photomontages essentiellement) et textes associés à ces documents, finalement très peu de plans, coupes ou éléments plus techniques.

Quelle philosophie pour l'agence, aujourd'hui et demain (en d'autres mots les rêves, les voeux, les espoirs, les désirs de jeunes archis désormais NAJA) ?

Notre volonté est aujourd'hui d'affirmer les thématiques sur lesquelles nous travaillons depuis le départ et de les élargir si possible. Nous ne pensions pas lorsque nous avons commencé à développer ces sujets, notamment le thème agricole, qu'ils pourraient constituer pour nous une activité à part entière et aussi rapidement. Les projets sur lesquels nous avons pu travailler nous ont permis de travailler sur des projets publics conséquents pour notre échelle et la thématique agricole est aujourd'hui notre activité principale.

Notre but serait désormais de pouvoir valoriser cette thématique comme un champ d'investigation large et pérenne et de pouvoir mettre en place les moyens de concevoir des espaces agricoles affirmés comme contemporains et de qualité, ouverts sur l'urbain. Nous aimerions à partir de là pouvoir travailler plus largement sur des constructions de bâtiments et des projets de paysages contemporains à l'échelle d'exploitations agricoles, pourquoi pas aussi sur des parcs publics construits à partir de processus et d'espaces agricoles et de mettre plus largement en place des moyens de réflexion de l'intégration des logiques et constructions agricoles dans les procédures d'urbanisme.

A partir de là nous aurons largement atteint nos objectifs, en pouvant toujours ouvrir d'autres champs (autres types de constructions publiques ou privés) et d'enrichir par ces biais complémentaires notre démarche.

Avec Fabriques, l'architecture est sur le pré
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  

Recevez la newsletter

CYBER