• Accueil
  •  > 
  • AutoCAD 2005 à la recherche de la productivité
Rejoignez Cyberarchi : 

AutoCAD 2005 à la recherche de la productivité

© Cyberarchi 2019

Autodesk vient de lancer sa campagne de promotion pour sa nouvelle gamme de logiciels AutoCAD 2005. Les applications qui concernent plus spécifiquement les métiers de l'architecture profitent également de ces innovations, qui doivent être commercialisées en avril 2004.

 
 
A+
 
a-
 

La société phare de logiciels pour les architectes et le secteur du BTP ne se repose pas sur ses lauriers. Au contraire, l'entreprise s'emploie à l'amélioration ses différentes applications, utilisées selon elle par plus de six millions de personnes dans plus de 160 pays. La dernière en date fait déjà l'objet d'une promotion de la part d'Autodesk et doit être commercialisée au cours du mois d'avril 2004. Cette nouveauté a un nom : il s'agit de la famille de produits AutoCAD 2005.

Comparée à sa précédente version, AutoCAD 2005 apporte «de grandes nouveautés», assure Jérôme Longuet, chef de produit pour les produits AutoCAD. Ce dernier en note une bonne dizaine. La principale concerne le gestionnaire des jeux de feuilles (ou jeux de plans) sur les programmes. «Globalement à partir d'un plan unique, l'utilisateur pourra le découper automatiquement, suivant les indications données, en fichiers différents, selon des besoins spécifiques», explique-t-il. «Ainsi, avec ce gestionnaire, l'architecte ou le responsable du chantier pourra envoyer un jeu de plans pour les électriciens avec les seules informations les concernant». D'où une facilité d'accès et un gain de temps apporté par cet outil.

Les fichiers passent désormais par un nouveau format : le DWF (Autodesk Design Web Format), en sus du DWG. «A comparer, il s'agit d'un équivalent du PDF pour la CAO», explique Emmanuel di Giacomo, architecte DPLG au sein d'Autodesk. «Ce format d'échange est beaucoup plus léger que le DWG et ne nécessite pas d'avoir AutoCAD pour les consulter». En effet, il suffit d'un programme de lecture basique, le DWF Viewer, (comme il en existe pour le PDF) pour ouvrir ces fichiers et les lire. Cette application est gratuite et peut d'ailleurs être téléchargée sur le site de l'entreprise.

Autre innovation, entre autres, les produits AutoCAD 2005 incluent des tableurs prédéfinis dont les paramètres ont été simplifiés. Ils disposent également de 'cartouches de propriétés', saisis en une seule fois et qui sont repris dans les différents plans créés par le gestionnaire. Les utilisateurs peuvent également créer des palettes d'outils personnalisables qui s'activent ou se masquent au passage de l'icône de la souris «ce qui permet d'avoir, même avec un écran d'ordinateur standard, un champ de vision maximum», précise Jérôme Longuet. Les futurs programmes présentent également des améliorations concernant la gestion des calques et les outils de traçage. Sont aussi corrigés les blocages temporaires liés à l'impression : «auparavant, au moment d'imprimer, il n'était plus possible de travailler sur les projets jusqu'à ce que cette impression soit lancée. Maintenant, ce problème n'existe plus». Encore un gain de productivité.

Parmi les modifications qui concernent donc ADT, une des plus importantes consiste en l'intégration de la technologie VIZ Render, un moteur de rendu radiosité «performant» qui permet «de créer à l'écran des parcours de présentation au sein des projets», explique l'architecte d'Autodesk. Cet ajout permet également encore d'intervenir sur quelques propriétés à l'intérieur du parcours, comme par exemple l'éclairage en y intégrant des paramètres du monde réel pour obtenir ainsi des rendus de qualités et réalistes. A cela s'ajoute l'avantage non négligeable pour les utilisateurs d'AutoCAD d'une prise en main facilitée par l'appartenance d'ADT à la famille AutoCAD.

Autodesk Revit version 6.1 utilise de son côté une technologie différente puisque c'est un logiciel paramétrique. «Dans les logiciels standards, la vue des documents du projet est figée, toute modification sur un des documents du projet (plans, coupes, façades, vues 3D) n'entraîne pas la mise à jour sur les autres. Ce n'est pas le cas avec Revit», explique Emmanuel di Giacomo. «Ces modifications sont directement intégrées dans la base de données du projet». Le logiciel permet également de créer et gérer des contraintes et prévient même son utilisateur en cas d'erreur. Enfin, selon Emmanuel di Giacomo, sa première utilisation n'est pas difficile car «Revit est très intuitif».

Pour parvenir à toutes ces modifications, les responsables d'Autodesk se sont basés sur plusieurs canaux de remontées d'informations à leurs dispositions : des groupes d'utilisateurs tests, les grands groupes clients qui disposent d'une centaine de postes et les clients qui utilisent des versions Beta des logiciels, c'est-à-dire des logiciels qui au fil des remises à jour fonctionnent de façon très similaire aux nouvelles versions.

Reste le coût concernant l'investissement dans ces variantes d'AutoCAD et d'Autodesk Revit. Même si Autodesk propose des offres promotionnelles pour passer d'un programme à un autre, le coût pour qui veut découvrir ces produits s'élève à 4.500 euros hors taxe pour l'achat d'une licence AutoCAD 2005 et 5.400 euros HT pour ADT ou Revit. Sans compter l'abonnement de 425 euros à l'année pour bénéficier des différents services offerts comme les extensions, les misss à jour automatiques ou les versions Beta.

Pour en savoir plus sur ce logiciel, cliquez ici.

AutoCAD 2005 à la recherche de la productivité
AutoCAD 2005 à la recherche de la productivité
AutoCAD 2005 à la recherche de la productivité
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  
CYBER