• Accueil
  •  > 
  • Architecte : un métier - Déclaration commune de la profession
Rejoignez Cyberarchi : 

Architecte : un métier - Déclaration commune de la profession

Les organisations représentatives de la profession d'architecte (Syndicat de l'Architecture, UNSFA et CNOA) ont décidé de s'unir comme elles l'avaient déjà fait en 2004 pour l'écriture du Livre blanc des architectes, afin de dénoncer les conditions dans lesquelles la DAPA* entend mettre en oeuvre la réforme des études d'architecture.

 
 
A+
 
a-
 

Durant trois ans ces organisations ont participé aux réunions de concertation organisées par la DAPA, mais à aucun moment cette dernière n'a donné de crédit à leurs recommandations. Les professionnels, qui ont d'emblée soutenu le principe d'une réforme des études d'architecture dans le cadre du schéma européen d'harmonisation des cursus, ont toujours mis en avant l'absolue nécessité d'organiser dans la continuité du master une période de préparation à l'exercice de la maîtrise d'oeuvre par apprentissage en entreprise d'architecture d'une durée de deux ou trois ans, sous la responsabilité d'un tuteur.

Le ministère de la Culture a voulu limiter cette préparation à l'exercice de la maîtrise d'oeuvre à un stage de six mois pratiqué chez des professionnels et validé par les écoles, ce qui est bien en deçà de celles pratiquées dans le monde et d'abord en Europe.

Faute d'avoir construit avec la profession un projet partagé, la DAPA adresse aux directeurs des écoles d'architecture, sans concertation avec les organisations représentatives de la profession, une "circulaire" par laquelle elle envisage les différentes hypothèses encadrant l'année d'habilitation à l'exercice de la maîtrise d'oeuvre. Après avoir voulu persuader les étudiants que la profession voulait "mettre la main" sur l'enseignement de l'architecture et bénéficier d'une main-d'oeuvre bon marché, la DAPA essaie maintenant, de faire supporter à la profession, l'organisation et le financement de cette habilitation à la maîtrise d'oeuvre !

Pourtant, l'article 5 du décret du 30 juin 2005 précise bien que "Les études d'architecture mènent aux diplômes nationaux d'enseignement supérieur dénommés diplôme d'étude en architecture et diplôme d'État d'architecte, conférant respectivement les grades de licence et de master, ainsi qu'à l'habilitation de l'architecte diplômé d'État à l'exercice de la maîtrise d'oeuvre en son nom propre". Si l'habilitation montre ainsi clairement son appartenance à la formation initiale, la DAPA tente aujourd'hui de l'en soustraire pour la faire passer sous contrat de professionnalisation.

Or, de deux choses l'une : ou bien la formation pratique envisagée intervient dans le cadre de l'obtention d'un diplôme ou d'un titre et le stage n'est pas rémunéré mais indemnisé conformément à la circulaire n°86-065 du 13 février 1986 du ministère de l'Education nationale et la loi n°2006-396 du 31 mars 2006 pour l'égalité des chances, car le stagiaire n'a pas le statut de salarié ; ou bien cette formation est assurée dans le cadre de la professionnalisation et le stagiaire ne peut, en application de l'article R981-1 du code du travail avoir le statut d'étudiant. En ne choisissant aucune de ces deux solutions, au profit d'une voie intermédiaire la DAPA s'est placée en dehors de la réglementation.

Les organisations représentatives de la profession et le Conseil National de l'Ordre des Architectes condamnent donc la légèreté de leur ministère de tutelle, refusent d'apporter leur soutien à l'application dans ces conditions de l'arrêté du 20 juillet 2005 et appellent les étudiants, professeurs et directeurs d'écoles à exiger la mise en place d'un contenu théorique et d'un cadre d'application cohérents pour l'habilitation à l'exercice de la maîtrise d'oeuvre, et conforme aux exigences internationales.

Elles appellent solennellement l'État à reconsidérer des dispositions qui ont d'ores et déjà abouti à une impasse et demandent l'ouverture immédiate d'une négociation avec tous les acteurs susceptibles de construire un véritable projet de formation des générations futures à la pratique du métier d'architecte, seul garant de la qualité architecturale qui en découlera.

Les Présidents, le 31 Mai 2006
Patrick Colombier Bernard Figiel Michel Roulleau
Syndicat de l'Architecture CNOA UNSFA

*Direction de l'architecture et du patrimoine du ministère de la Culture

Contacts
Syndicat de l'Architecture - 24 rue des Prairies 75020 Paris - Tél. : 01.46.36.24.05 www.syndarch.com
CNOA - 9 rue Borromée 75015 Paris - Tél. : 01.56.58. 67.00 www.architectes.org
UNSFA - 8-10 rue Bertin Poiré 75001 Paris - Tél. : 01.45.44.58.45 www.unsfa.com

Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  

Recevez la newsletter

CYBER