• Accueil
  •  > 
  • Architecte ? Oui, mais à quel titre ?
Rejoignez Cyberarchi : 

Architecte ? Oui, mais à quel titre ?

© Cyberarchi 2020

En rencontrant le 16 novembre dernier le Conseil national de l'UNSFA, le ministre de la Culture, a comblé d'aise ses interlocuteurs en leur assurant que le titre protégé d''Architecte' resterait... protégé. Le problème du titre du diplôme des étudiants 'masterisés' du coup reste entier. Détails.

 
 
A+
 
a-
 

Face au Conseil national de l'UNSFA (Union nationale des syndicats français d'architecture), Renaud Donnedieu de Vabres, ministre de la Culture, a levé toute équivoque. En effet, «... les architectes titulaires du diplôme d'architecte et d'une capacité d'exercice de la maîtrise d'oeuvre, inscrits à un tableau régional d'architectes, auront seuls qualité d'architecte», a-t-il expliqué (Cité par Le Moniteur). Seul bémol donc, ils devront être dotés «d'une capacité à la maîtrise d'oeuvre». Le bras de fer entre les organisations professionnelles et la DAPA semble donc, pour une fois, avoir tourné à l'avantage des premières. (Lire à ce sujet notre article 'L'architecte est un architecte qui n'est peut-être pas un architecte')

Pour rappel, en avril dernier, Ann-José Arlot assurait que, «contrairement à ce qui est le cas aujourd'hui, cette distinction du diplôme d'architecte et de l'exercice de la maîtrise d'oeuvre assure une rémunération à celles et ceux qui ne souhaitent pas être maîtres d'oeuvre fondée sur la reconnaissance de la qualité d'architecte que leur confèrent le diplôme et le titre». C'est en partie sur la foi de cette 'promesse' avantageuse que fut vendue la réforme aux étudiants et directeurs d'écoles. Le ministre en ayant apparemment décidé autrement, du coup le problème du titre de ces étudiants en architecture à l'issue de cinq ans d'école dans le cadre de la réforme LMD redevient entier.

Le titre 'Master en architecture' semble, de premier abord, la solution la plus sensée. Sauf que l'Education nationale se considère propriétaire (en somme) du titre 'master' (d'ailleurs dans son orthographe anglaise, surréaliste non ?) et qu'elle craint, à ce titre, que ces nouveaux 'masters' d'architecture ne prêtent à confusion. De plus, selon François Pélegrin, président de l'UNSFA, la DAPA elle-même ne tient pas à cette appellation puisqu'il y aurait, de fait, une grosse différence du nombre d'heures travaillées - de l'ordre de 30%, ce qui est énorme - pour l'obtenir entre un cursus universitaire et un cursus en école d'architecture. Les 'masters en architecture' obtiendraient donc un titre dévalorisé de ce point de vue. Pour ajouter à la confusion, le bruit court que l'Education nationale elle-même, puisque la réforme LMD est destinée à préparer des 'architectes' qui ne se destineraient pas forcément à la maîtrise d'oeuvre, de proposer à son tour ses propres masters d'architecture. Bref, au moins dans le cadre de l'enseignement de l'architecture, le titre de master est une fausse bonne idée.

Alors quoi ? 'Architecte diplômé d'Etat', comme l'a proposé Ann-José Arlot lors du congrès de l'UNSFA à Nancy en octobre dernier ? «Cela reste ambigu», estime François Pélegrin, qui propose 'Diplômé en architecture', ce qui, selon lui, «aurait le mérite d'être clair». «Pourquoi pas simplement 'Master de telle école', par exemple 'Master de l'Ecole d'architecture de Nantes', comme le font les Anglo-saxons ?», propose Patrick Colombier, président du Syndicat de l'Architecture.

En tout état de cause, la décision du ministre a sensiblement déplacé la ligne de front à ce sujet, la DAPA se semblant pas encore s'être forgée une nouvelle philosophie puisque, contactée à plusieurs reprises, aucun des interlocuteurs joints n'a souhaité commenter la nouvelle donne.

Enfin, il est à noter que les discussions en cours concernant cette fois la fameuse 'capacité à exercer la maîtrise d'oeuvre' dont à parlé le ministre lors de sa rencontre avec les architectes de l'UNSFA, sont encore loin d'aboutir. En effet, les négociations à ce sujet entamées par les organisations professionnelles et la DAPA sont prévues pour durer... jusqu'en juin prochain. Les premiers étudiants des écoles ayant d'ores et déjà mis en place la réforme LMD, avant même la publication d'un quelconque texte réglementaire d'ailleurs, auront à cette date déjà un an d'études derrière eux.


Architecte ? Oui, mais à quel titre ?
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  
CYBER