• Accueil
  •  > 
  • Archéologie d'un jeu de paume à Versailles
Rejoignez Cyberarchi : 

Archéologie d'un jeu de paume à Versailles

© Cyberarchi 2020

Le projet du "Grand Versailles", lancé en 2003 et prévu pour durer 17 ans, concerne actuellement la mise à jour des vestiges du jeu de paume de Louis XIII, dans la cour du Grand Commun du Château de Versailles. Cet édifice sera également réhabilité.

 
 
A+
 
a-
 

Une équipe de l'Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) met actuellement au jour les vestiges du jeu de paume de Louis XIII, dans la cour du Grand Commun du Château de Versailles.

Prescrite par l'Etat (Service régional de l'archéologie d'Ile-de-France), cette fouille est réalisée en amont de la réhabilitation de l'édifice du Grand Commun, par l'Émoc, dans le cadre de la réalisation du Grand Versailles.

Il s'articule autour de quatre grands axes : retrouver le Versailles historique en restituant au château tout son éclat, protéger le patrimoine en améliorant les dispositifs de sécurité des publics et des bâtiments, valoriser le patrimoine et enfin améliorer l'accueil du public et les conditions de travail du personnel.

Le Grand Commun a été construit par Jules Hardouin-Mansart de 1682 à 1686, pour servir de dépendance directe au château, à usage de services, d'offices et de logements de fonction.

Transformé en manufacture d'armes en 1793, puis en école, sous la Restauration, il trouve enfin une affectation durable à partir de 1832, comme hôpital militaire. En 1996 le bâtiment libéré a été remis en dotation à l'Etablissement de Versailles.

Aujourd'hui, la réhabilitation du Grand Commun s'inscrit dans une démarche d'ensemble visant à rendre au château et à ses dépendances, l'aspect et également certaines fonctions qui étaient les leurs au XVIIIe siècle.

Il va accueillir l'ensemble des équipes de Versailles, libérant ainsi dans le château de vastes espaces qui pourront être rendus aux visiteurs.

Archéologie d'un jeu de paume à Versailles
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  

Recevez la newsletter

CYBER