• Accueil
  •  > 
  • Aménagement des quais de Seine : un fleuve à réinventer
Rejoignez Cyberarchi : 

Aménagement des quais de Seine : un fleuve à réinventer

© Cyberarchi 2019

« Comment accepter que ce site exceptionnel soit réduit à l'état d'autoroute urbaine ? » C'est en ces termes que Bertrand Delanoë avait ouvert en avril 2010 la concertation autour de l'aménagement des berges de la Seine. Il a redéfini le 27 janvier 2011 ses objectifs visant à « transformer cet espace pour l'embellir et réinventer ses usages. » Le point sur un projet ambitieux et controversé.

 
 
A+
 
a-
 

Un site exceptionnel

Aménagés dans les années 60 en voies sur berge, la plupart des quais bas sont coupés des piétons alors qu'ils longent les sites les plus prestigieux, de Notre-Dame au Musée du quai Branly. Inutile de rappeler que la ville s'est construite autour du fleuve, inscrit sur son blason. Le classement des berges par l'UNESCO en 1991 a relancé la mise en valeur des quais, « Paris Respire » et « Paris Plage » ayant constitué un banc d'essai.

Des aménagements inédits

Les projets visent à rendre partiellement (rive droite) ou complètement (rive gauche) aux piétons l'espace dévolu aux véhicules, à leur offrir terrains de sport, promenades, cafés, animations. Que les Franciliens « revisitent » leur ville et se réapproprient le fleuve est aussi un objectif. D'où des propositions originales : faire cohabiter patrimoine et nouvelles technologies (écran géant flottant face au Musée d'Orsay), arts classiques et arts vivants (au Port de Solférino et au pont Alexandre III), fleuve et végétation (jardins flottants au Port des Invalides-Concorde).
Si ces futurs aménagements rappellent ceux du Rhône ou de la Tamise, aucune autre ville n'a encore fermé définitivement les voies de circulation. Et c'est le point polémique.

Une inquiétude : la circulation automobile

Rive droite, la voie Pompidou sera transformée en boulevard urbain à deux voies. Rive gauche, du quai Voltaire au quai Branly, la circulation se partagera entre le quai haut et les autres itinéraires, sans conséquences notables selon la Mairie de Paris. Pour résorber les encombrements au niveau du quai Anatole France, une troisième file sera ouverte sur 100 m. Ce qui ne convainc guère ni la Chambre de Commerce et d'Industrie de Paris ni les élus de banlieue...

Une large concertation

Des débats publics dans chaque arrondissement, ainsi que les suggestions des Internautes sur le site de la ville, ont permis de dégager les principales demandes des futurs usagers : créer une proximité avec l'eau, des promenades, des espaces de détente, sans pour autant transformer les berges en « parc d'attraction » commercial. En outre, le dialogue continue avec les communes voisines, favorables au projet, mais inquiètes quant à d'éventuelles difficultés d'accès à la capitale. Des projets complémentaires englobent aussi les berges plus excentrées des XIIe, XIIIe et XVe arrondissements.

Les premiers aménagements pourraient être livrés à l'été 2012, pour un investissement de 35 millions d'euros. Bien que plébiscité par 71% des Parisiens, ce projet ne lève pas encore toutes les incertitudes liées à la circulation automobile. Gageons que la Mairie de Paris saura relever le défi !

Marie-Clarté Mougeot

Aménagement des quais de Seine : un fleuve à réinventer
Aménagement des quais de Seine : un fleuve à réinventer
Aménagement des quais de Seine : un fleuve à réinventer
Aménagement des quais de Seine : un fleuve à réinventer
Aménagement des quais de Seine : un fleuve à réinventer
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  
CYBER