• Accueil
  •  > 
  • A Paris, un groupe scolaire écologique
Rejoignez Cyberarchi : 

A Paris, un groupe scolaire écologique

Atelier Jean-François Schmit architectes : Copyright 2019

Dans le XVème arrondissement parisien, l’atelier Jean-François Schmit architectes a réalisé la reconstruction d’un groupe scolaire en assurant sa transformation en « éco-école ». Un condensé de procédés environnementaux procure au complexe une certaine singularité pour un résultat unique et durable.

 
 
A+
 
a-
 

Non loin du parc Georges Brassens, la rue de la Saïda présente un large panel de constructions où l’architecture de plusieurs époques cohabite en formant un ensemble hétérogène assez caractéristique de Paris. Dans cet environnement composite, le groupe scolaire Olivier de Serres apporte un nouveau souffle à la fois écologique et durable qui n’échappera pas aux regards des passants.    

 

Une construction en deux temps

 

Dès le départ, le site étant occupé, l’architecte qui a rejeté l’hypothèse des constructions temporaires et a privilégié l’élaboration de bâtiments définitifs qui seront érigés en deux temps. La première phase correspond à l’agrandissement de l’école primaire et dont la fin des travaux a coïncidé avec la rentrée 2013 et la seconde phase correspond à la démolition et la construction de l’école maternelle dont la fin des travaux était pour 2014.

 

L’architecte, pour qui « l’école du XXIème siècle sera environnementale ou ne sera pas ! » via cette reconstruction a choisi de dépasser les chiffres et les exploits de l’éco-construction pour une conception qui favorise avant tout l’ambiance générale. Une attitude vigoureuse et ambitieuse qui va donner au projet toute sa singularité.

 

Le groupe scolaire se trouvant dans un parc situé en cœur d’îlot, constitue à lui seul un dépaysement vis à vis des bâtiments qui l’entourent. En conséquence, ce bout de verdure donne une douce respiration au milieu urbain voisin. L’intervention de l’architecte concernant l’entrée du groupe scolaire rapproche ce dernier du jardin qui prendra place sur l’ancien chemin de fer de la petite ceinture. Quant au bâtiment en bardage d’acacia, il contient les deux écoles, la maternelle et le primaire.

 

Un îlot de verdure en plein Paris

 

De forme parallélépipédique, le volume général se voit griffer à sa base et par endroits par les espaces communs de chaque établissement. Ces derniers, représentés comme des « rochers » par l’architecte, présentent des faces végétalisées qui procurent à l’ensemble la douce sensation d’être en pleine nature. Un extraordinaire paradoxe quand on sait que l’on se trouve dans un tissu urbain très dense.

 

Une partie de l’édifice est couverte par une toiture à double pente et elle est équipée de panneaux photovoltaïques. Une configuration qui outre sa dissimulation des équipements techniques, exhorte l’imaginaire de l’enfant dans sa recherche de la forme primaire de la maison à toiture à deux côtes et joue un important rôle environnemental. Par ailleurs, cette coiffe abrite une serre ainsi qu’une ombrière où se trouve un jardin zen qui se transformera en un lieu ludique pour tous les enfants. L’intérieur de l’édifice est lumineux et fonctionnel. Rien n’a été laissé au hasard, l’ensemble arbore, bien au contraire, le doux souci du détail, le tout dans une atmosphère sobre et raffinée.    

 

Le groupe scolaire de l’architecte Jean-François Schmit est un gracieux témoin de durabilité qui profite à tout un quartier.

 

Sipane Hoh

 

Les photos: © Atelier Jean-François Schmit architectes

A Paris, un groupe scolaire écologique
A Paris, un groupe scolaire écologique
A Paris, un groupe scolaire écologique
A Paris, un groupe scolaire écologique
A Paris, un groupe scolaire écologique
A Paris, un groupe scolaire écologique
A Paris, un groupe scolaire écologique
A Paris, un groupe scolaire écologique
A Paris, un groupe scolaire écologique
A Paris, un groupe scolaire écologique
Mot clefs
Catégories
CYBER