• Accueil
  •  > 
  • A Montreuil, une résille dorée habille le centre communautaire
Rejoignez Cyberarchi : 

A Montreuil, une résille dorée habille le centre communautaire

David Foessel : Copyright 2020

A l’est du centre-ville de Montreuil, l’agence CUT architectures vient de terminer la réhabilitation d’un ancien bâtiment en le transformant en un accueillant centre communautaire. Une démarche intéressante qui non seulement préserve l’ancien mais le met en valeur.

 
 
A+
 
a-
 

Dans la deuxième ville la plus peuplée du département de Seine-Saint-Denis, le centre communautaire, resté longtemps en déshérence, a repris un souffle nouveau grâce aux architectes Benjamin Clarens et Yann Martin. Pourtant toujours apprécié de la population, le CLEC affichait avec le temps une mauvaise mine. C’est pourquoi le projet de la réhabilitation est devenu une évidence.

Le moucharabieh doré

Dès le départ, le parti pris des architectes était avant tout de préserver le plus possible l’ancienne structure en béton pour garder le caractère original de l’édifice : une bâtisse qui date de 1960 et qui est devenue au fil des ans un repère pour l’ensemble du quartier. Sur les murs existant, ont été ajoutés des panneaux perforés, en aluminium, qui présentent des ouvertures plus grandes que celles du bâtiment d’origine.

Les surfaces dorées mettent en avant encore plus l’édifice et le discernent dans son environnement, marqué par des immeubles beaucoup plus hauts et imposants. Une couleur assez sobre qui donne à l’ancien centre communautaire une note de fraîcheur et de grâce. Nul ne peut ignorer dans la ville le nouvel édifice que certains vont fréquenter pour sa salle de danse ou d’autres pour sa salle d’arts plastiques ou bien tout simplement comme dans le temps pour se rencontrer, discuter et échanger.

A l'intérieur, l'aménagement du bâtiment de 230 m2 a été complètement remanié. Des bureaux pour les travailleurs sociaux y ont été installés ainsi qu’une salle artistique et un studio de danse. Des vestiaires accompagnent ces deux dernières entités.

Le bloc note du quartier

Le studio de danse longe la bordure orientale de l'équipement, il est situé derrière les murs en béton qui renforcent son acoustique et l’isolent des autres pièces. Dans la composition générale, les architectes ont évité l’ajout de couloirs inutiles, ainsi, le reste des pièces du rez-de-chaussée sont disposées autour d'une allée simple qui se déploie entre l'entrée et la sortie.

Quant aux autres installations, elles sont situées au sous-sol qui s’étend au-delà des limites du rez-de-chaussée. Une variété de plantes couvre le toit qui reste très visible des constructions environnantes.

Dans le souci de conserver l’apparence dynamique du CLEC, son sous-bassement de couleur foncée se distingue du reste afin de réduire l’effet de masse généré par le prolongement de l’habillage de façade vers la toiture. Cette partie basse ancrée dans le sol est selon les architectes destinée à l'appropriation par les riverains. En conséquence, comme un support mis à disposition, les graffitis peuvent librement s’emparer des lieux.

Dorénavant, à Montreuil, à la place de l’ancien centre communautaire, les habitants peuvent se réjouir d’avoir un petit bijou étincelant de vie où se réunir.

Sipane Hoh

A Montreuil, une résille dorée habille le centre communautaire
A Montreuil, une résille dorée habille le centre communautaire
A Montreuil, une résille dorée habille le centre communautaire
A Montreuil, une résille dorée habille le centre communautaire
A Montreuil, une résille dorée habille le centre communautaire
A Montreuil, une résille dorée habille le centre communautaire
Mot clefs
Catégories

Recevez la newsletter

CYBER