• Accueil
  •  > 
  • 40% de nos modèles n'existaient pas il y a 10 ans
Rejoignez Cyberarchi : 

40% de nos modèles n'existaient pas il y a 10 ans

© Cyberarchi 2019

Terreal (Hall 1, Stand K15) organise traditionnellement la première conférence de presse du Salon. A cette occasion, rencontre avec Bernard Caron, son directeur marketing, à propos du marché florissant de la terre cuite et des innovations de Terreal.

 
 
A+
 
a-
 

Comment Terreal perçoit le marché de la terre cuite ?

La terre cuite est le matériau dominant de couverture de toit. Sa part continue à croître. La «victime» de cette évolution est la tuile en béton. En 2005, les régions où se pose l'ardoise dynamise le marché du neuf, le synthétique se maintient. La terre cuite quant à elle, entre 1985 et 2005, a vu sa part augmenter. S'agissant de la brique, elle suit la même tendance par rapport au bloc béton. Entre 1996 et 2004, le secteur des maisons individuelles a fortement cru, le bloc béton a augmenté de 17% quand au même moment la terre cuite a cru de 77%. Le renouveau : un engagement dans la qualité environnementale et des innovations en termes de produits et de services.

Dans ce contexte, Terreal, présent sur tous les marchés des matériaux de construction en terre cuite (tuile, brique,...), propose une offre complète de structures et accessoires monolithes à la couverture en passant par une gamme inégalée de solutions de façades en terre cuite. Terreal représente en France 35% du marché de la terre cuite devant Imérys (41%), Lafarge et Koramic (30%), il est le numéro un dans trois catégories de tuiles sur cinq : les Tuiles Plates, les Grands Moules du Sud et les Tuiles Canal.

Notre politique a consisté à nous focaliser sur le marché français mais nous ne négligeons pas le marché étranger. Il convient de préciser que nous nous inscrivons dans une démarche de qualité environnementale, totalement en phase avec cette 25e édition de Batimat. D'ailleurs, le produit s'y prête bien. Ainsi, la terre cuite est, dans l'esprit des gens, un matériau naturel et écologique. L'entreprise s'oriente sur le domaine des économies d'énergie, un axe de recherche crucial compte tenu du prix du baril de pétrole, atteignant les 70 dollars. S'agissant de la tuile proprement dite, notre volonté sur le marché français est d'accroître notre poids au niveau de la tuile du Nord et d'augmenter notre capacité de production aujourd'hui saturée au Sud. Ainsi, à Saint Martin nous envisageons un nouveau site, les autres sites faisant l'objet d'agrandissements. A noter que nous sommes numéro un chez les architectes avec 33% de notoriété.

Quelles innovations arrive encore à apporter Terreal sur un produit vieux de près de 4.000 ans ?

Nous innovons sur les services et les produits. S'agissant des services ou plus exactement de la communication, les efforts sont concentrés sur la documentation technique. En effet Terreal a conçu des documentations techniques et spécifiques pour chaque famille de tuiles (Tuiles Plates, Grands Moules du Nord et Petits Moules, Grands Moules Canal et Tuiles Canal) permettent ainsi de fournir aux architectes, couvreurs et prescripteurs une offre ciblée afin de trouver le produit adapté, selon leurs envies et les différentes architectures régionales.

Les innovations produits portent sur trois axes. D'abord dans un souci de productivité nous oeuvrons pour faciliter la mise en oeuvre du produit. Le deuxième axe concerne l'esthétisme, notamment «l'authenticité régionale». En effet le marché de la tuile en terre cuite est un marché fragmenté, régionalisé. La production n'est pas standardisée. D'ailleurs, Terreal propose près de 10.000 références ce qui, de fait, est loin de faire de la tuile et de la brique un produit banal. Quand j'emploi le terme «références», j'entends par là la combinaison de production et de couleur auxquelles s'ajoutent les accessoires. Enfin, le troisième axe de développement est le design. La terre cuite, toujours en renouvellement, constitue un matériau moderne et nous avons voulu d'emblée nous positionner comme un acteur fort du marché. Notre souci est donc d'offrir aux architectes des formes et des sources d'inspiration différentes. 40% de nos modèles vendus aujourd'hui n'existaient pas il y a 10 ans !

Concernant la productivité sur les chantiers, et corrélativement la pénibilité du travail, le système de Calibric, une brique alvéolaire qui nécessite 30% de mortier en moins, est une solution performante en termes de coût d'installation. En matière de couverture, une augmentation de la productivité est perceptible. La pose est un véritable fléau ! La Tuile Canal Evolution constitue d'ailleurs, sans jeu de mot, une petite révolution. Ainsi, les poseurs de cette tuile peuvent désormais concilier amélioration de leur productivité sur chantier et ce dans des conditions optimales de sécurité de pose. Dit autrement, une logique d'économie de matériau a aussi l'avantage d'atténuer la pénibilité du travail des couvreurs.

Une autre innovation présentée à l'occasion de ce salon, La Rully, une tuile à emboîtement d'aspect plat, au format paysage inédit, imitant à la perfection une tuile plate traditionnelle. En effet grâce à sa partie exposée plus large que longue, le petit moule Rully (20/m²) reprend le plus fidèlement possible les proportions de la partie visible d'une tuile plate traditionnelle, qui reste chère au coeur des français, notamment au Nord de la Loire.

Y-a-t-il des innovations dans le domaine du poids au regard des constructions légères type bois ?

Le poids est pris en compte par le jeu des formats. En effet la manipulation du poids est un véritable problème pour les poseurs en terme de pénibilité du travail, thème actuel s'il en est. Les bardages terre cuite constituent une solution sur les ossatures métalliques. D'ailleurs nous avons travaillé avec l'UNCMI dans le cadre des maisons innovantes. L'allègement du poids est également étudié par l'intégration de produits recyclables, par le gain de matière au m². Le bardage en terre cuite, une façade légère intégrale faite de bardeaux de faible épaisseur, offre une mise en oeuvre de qualité pour des programmes de logements sociaux.

40% de nos modèles n'existaient pas il y a 10 ans
40% de nos modèles n'existaient pas il y a 10 ans
40% de nos modèles n'existaient pas il y a 10 ans
40% de nos modèles n'existaient pas il y a 10 ans
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  
CYBER