• Accueil
  •  > 
  • 3 diplômes pour la Cité internationale Universitaire de Paris
Rejoignez Cyberarchi : 

3 diplômes pour la Cité internationale Universitaire de Paris

Trois propositions très différentes, où l'on se régale à réfléchir, et qui donnent un bon exemple de ce que doit être une exposition d'architecture : d'abord du plaisir. Comme ce sont des projets de diplôme, les solutions peuvent être radicales et elles le sont. Jugez plutôt. Chronique signée Coste-Orbach de la visite de l'exposition.

 
 
A+
 
a-
 

Ces résultats sont d'autant plus intéressants que la Cité Internationale Universitaire intègre à son échelle des questions rencontrées continuellement ailleurs :
- Comment continuer de bâtir sur un terrain occupé sans perdre le caractère du lieu, ici son parc ?
- Comment traverser une voie difficilement franchissable comme ici le boulevard périphérique?
- Comment composer avec la pollution et les nuisances sonores d'une voie?

Projet de Maison de la Chine proposé par Yuhui SHI

Le projet de Maison de la Chine a su éviter deux écueils : un immeuble en forme d'immense et repoussante barre moderne sans réflexion architecturale que l'on voit se construire tous les jours en Chine, et des détails d'architecture "traditionnelle" asiatique qui donnent surtout l'impression d'un restaurant chinois agrandi.

La quiétude acoustique du lieu est traitée par une grande paroi de verre, les vues sur le parc ont été soignées, de multiples jardins à tout moment agrémentent les parcours. Si vous vous demandez ce que peut être un bon bâtiment à la fois chinois et contemporain, en voici un. C'est rare, même s'il n'est pas abouti à ce stade, il faut le construire ! Avec le regret évidemment, que la dimension esthétique des façades et le dessin des jardins n'aient pas été plus finis, mais un diplôme ne peut pas répondre à toutes les questions.

Projet de Maison d'Algérie présenté par Malek Saied

Sur un terrain très étroit en bordure du boulevard périphérique, l'édifice propose une monumentalité extérieure bien affirmée dans la pure tradition des "maisons" toutes différentes de la Cité Internationale et cela me plaît. Il est lui-même un bon écran acoustique protégeant le parc et c'est bien. Et, à l'intérieur, le vaste hall crée un espace commun très impressionnant propice aux rassemblements et que l'on sent être utilisable par tous temps.

Mais la question de la nuisance acoustique reçue par les habitants même de l'édifice n'est pas réglée : ce n'est pas un détail puisqu'elle atteint 70 dBa quand elle est déjà, à 67 dBa, considérée comme "insupportable" par la norme. C'est pourquoi la façade de chambres directement au-dessus du périphérique me laisse sceptique. Et l'intérieur manque malgré tout d'espaces intermédiaires d'intimité, de transition entre les chambres et l'espace public. On n'a pas envie tous les jours de rencontrer tout son immeuble. Les solutions à ces inconvénients existent : ce projet est donc à affiner. Normal, pour un projet.

"La Cité internationale Universitaire de Paris, un patrimoine en devenir. Restructuration d'un paysage historique et requalification urbaine" par Jean-Baptiste Monthier

Ce diplôme est un projet d'urbanisme, pardon, de paysage (on ne parle plus d'urbanisme aujourd'hui, ça fait sale).

L'étude s'attaque au boulevard périphérique (qui est ici au niveau du sol naturel) sans chercher à s'en isoler et c'est tout à son honneur. Elle présente donc des promenades surélevées, variées qui le longent, le surplombent, le traversent parfois, comme s'il était un grand fleuve à admirer. Une des idées serait que le périphérique allait évoluer pour devenir une simple rue urbaine comme une autre, avec feux rouges et passages piéton ! Belle vision donc qui a le grand intérêt de relier plus franchement la cité avec la commune voisine.

Pourtant je m'interroge : à partir du moment où le boulevard périphérique devient une rue, les passerelles ne deviennent-elles pas inutiles ? Des trottoirs plus familiers au niveau des voitures, avec platanes et bancs seraient le plus simple, le plus radical et surtout le plus cohérent avec la nouvelle rue maintenant domestiquée.

On sait de plus que les passerelles piéton surélevées peuvent nous donner, rien qu'en songeant à Paris, les effets les plus agréables, par exemple la passerelle Solférino sur la Seine, mais aussi les pires, comme les terre-pleins piétonniers encadrant la place de la Bataille de Stalingrad (Je sais de quoi je parle, j'ai habité dans le quartier). Et malheureusement ce genre d'ouvrage donne souvent le pire, prudence donc mais ce n'est pas une raison pour ne pas essayer.

Le site de la Cité Internationale Universitaire de Paris : http://www.ciup.fr/
Les diplômes : http://www.ciup.fr/travaux_etudiants.htm

Coste-Orbach David

3 projets de Diplômes sur le thème du développement de la Cité internationale, à Paris
Jusqu'au 29 septembre
Cité internationale universitaire de paris
Collège Néerlandais
57, blv Jourdan
75014 Paris
Tél. : 01.43.13.65.96

Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  
CYBER