• Accueil
  •  > 
  • 1920 : la fièvre maya gagne les USA
Rejoignez Cyberarchi : 

1920 : la fièvre maya gagne les USA

© MBQ : Copyright 2017

Pour tout savoir sur la fièvre maya qui a touché les Etats-Unis au début du 20ème siècle, et notamment dans l'architecture, rendez-vous au Musée du Quai Branly où le phénomène est décrypté à travers une expo signée Sven Kirsten, spécialiste de la pop culture ! Jusqu'au 8 octobre 2017.

 
 
A+
 
a-
 

Au début du 20ème siècle les Etats-Unis ont connu un engouement pour la culture maya. Des américains s'habillent et dansent « comme des mayas » (voir Martha Graham), d'autres se construisent et vivent dans « des temples modernes ».

La fièvre maya s'est répandue en grande partie par l'oeuvre de l'architecte et archéologue britannique Frederick Catherwood (1799 – 1854). Celui-ci publie des scènes pittoresques de temples nichés dans la jungle, nourrissant l'imaginaire romantique de toute une génération d'artistes et d'architectes, s'encombrant peu de l'exactitude historique.

Robert Stacy-Judd (1884 – 1975) fut de ceux-là. L'architecte britannique installé en Californie depuis les années 1920 s'est essayé à l'architecture « de style maya ». L'Aztec Hotel à Monrovia, en banlieue de Los Angeles, illustre parfaitement ce phénomène de mode, où l'on incorpore de grands motifs mayas comme « premiers symboles d'une architecture véritablement américaine », loin des influences européennes alors en vogue chez ses contemporains.

 

Los Angeles, toujours

 

Stacy-Judd avait visé juste, et au cours des années qui ont suivies, des temples mayas ont émergé de la jungle de béton partout dans le pays. Le Mayan Theater de Los Angeles est l'un de ces palais « à la splendeur baroque » : chaque centimètre carré de façade est orné de motifs précolombiens. Par ailleurs, dans les maisons américaines, des mosaïques représentant des hiéroglyphes mayas viennent décorer les cheminées et les fontaines.

Frank Lloyd Wright lui-même a été touché par cette vague maya. Il a en effet conçu plusieurs maisons dans les années 1920 dans son style « néo-maya » en blocs tissés. Moins connu du grand public, son fils, Lloyd Wright Jr. (1890 – 1978) a suivi ses traces et bâti en 1926 la Sowden House, une résidence ornées de motifs néo-mayas à Los Angeles, toujours.

La vague du style maya en architecture s'est essoufflée au milieu du 20ème siècle, mais le mystère des cultures précolombiennes continue d'inspirer les cinéastes, les musiciens et les designers américains.

 

Expo Aztec Hotel. Le style néo-maya en Amérique

Musée du Quai Branly jusqu'au 8 octobre 2017

 

Laurent Perrin

Vue de l'exposition "Aztec hôtel". Du 20 juin au 8 actobre 2017.
Vue de l'exposition "Aztec hôtel". Du 20 juin au 8 actobre 2017.
Vue de l'exposition "Aztec hôtel". Du 20 juin au 8 actobre 2017.
Vue de l'exposition "Aztec hôtel". Du 20 juin au 8 actobre 2017.
Maya Chapel: exterior
Aztec Hotel Lobby
Mother of Empires
L’explorateur, Robert Stacy-Judd with pipe and gun, Donald Bittle Keyes
Robert Stacy-Judd in Mayan costume for Los Angeles Fiesta Ball
Affiche de l'exposition "Aztec hôtel". Du 20 juin au 8 actobre 2017.
Bloc à décor anthropomorphe
Charnay. Photographie. Figure gigantesque à Izamal.
Vue de l'exposition "Aztec hôtel". Du 20 juin au 8 actobre 2017.
Vue de l'exposition "Aztec hôtel". Du 20 juin au 8 actobre 2017.
Vue de l'exposition "Aztec hôtel". Du 20 juin au 8 actobre 2017.
Vue de l'exposition "Aztec hôtel". Du 20 juin au 8 actobre 2017.
Vue de l'exposition "Aztec hôtel". Du 20 juin au 8 actobre 2017.
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
CYBER