• Accueil
  •  > 
  • 17 architectes mobilisés pour un village sportif à Londres
Rejoignez Cyberarchi : 

17 architectes mobilisés pour un village sportif à Londres

© Cyberarchi 2020

Du temps des compétitions sportives internationales à Paris en 1924 ou à Berlin en 1936, il était courant d'héberger les athlètes dans des bâtiments éphémères détruits à la fin des épreuves. Il en est autrement aujourd'hui avec la conception d'immeubles d'habitation par l'agence londonienne de Rijke Marsh Morgan Architects (dRMM) en conformité avec le plan d'urbanisme d'un village sportif à Londres.

 
 
A+
 
a-
 

Si Londres a été au coeur des événements sportifs majeurs de 2012, c'est en grande partie grâce à un cahier des charges permettant la revalorisation d'un quartier déshérité de Stratford, à l'est de la métropole londonienne. Outre le respect du cahier des charges, le développement à long terme des régions concernées s'affirme comme un enjeu décisif. Cet objectif se reflète dans les choix architecturaux et en matière d'urbanisme, et dicte des concepts énergétiques optimisés, comme le recours à des matériaux en phase avec les principes du développement durable.

Le parc et ses alentours devaient s'inspirer du modèle victorien des cités-jardins et de la ville idéale. Aussi l'amphithéâtre, la place de marché, les bains et l'académie sont-ils de rigueur, sans oublier les espaces requis pour le commerce. L'îlot du village sportif correspond sur le plan-cadre au sigle N26. Plusieurs bâtiments sont regroupés autour d'une cour intérieure soigneusement conçue et couvrant un espace de stationnement de plain-pied.

 
Un cahier des charges restrictif

Les immeubles de 8 à 10 étages sont orientés vers la rue principale et partiellement pourvus de locaux commerciaux au rez-de-chaussée. À l'étage, se trouvent les appartements occupés par les athlètes. Des vérandas largement vitrées relient les bâtiments entre eux et soulignent l'alignement de la façade sur la rue. Le regard des passants se perd naturellement dans les cours intérieures verdoyantes, cernées de bâtiments d'habitation à trois niveaux.

Malgré un cahier des charges plutôt restrictif, les 17 architectes londoniens ont su confronter différents langages architecturaux pour concevoir l'ensemble du quartier : l'interaction des matériaux et de leur usage offre des rues variées.

Mettre l'accent sur la personnalisation des façades et transcrire correctement les exigences constructives, tels étaient les objectifs de ce projet architectural. Challenge d'autant plus complexe que les architectes de l'agence de Rijke Marsh Morgan (dRMM) ont rejoint l'équipe de conception du quartier à un stade où une grande partie des critères de construction avait déjà été validée et où l'infrastructure était intangible.

Un contexte jugé contraignant

Par ailleurs, les consignes édictées ont limité la marge de manoeuvre, notamment en matière de qualité de prestation et de dépenses. Cette difficulté a poussé les architectes à se pencher sur de nombreux points de détail, surpassant un contexte particulièrement contraignant.

Sans déroger au cadre étroit de ce concept d'urbanisme, les architectes sont parvenus à préserver leur potentiel créatif tout en faisant émerger un nouveau type de logement social. Dans les espaces publics, l'imbrication des formes donne un sentiment de communauté tout en préservant les identités individuelles.

Afin de contrer l'uniformité des façades en béton préfabriquées sur certains bâtiments, les architectes de dRMM ont mis en avant leur approche spécifique de la couleur tout en apportant une réponse durable aux exigences de construction. Dans le cadre de l'îlot N26, ils ont opté pour un bardage en terre cuite de Moeding Keramikfassaden GmbH. Il s'agit de la plaque Longoton grand format, dont la longueur va jusqu'à 3 mètres.

 
Hautes exigences en matière d'isolation

La qualité particulière de ce système proposé dans une multiplicité de formats, de tons et d'effets de surface, a permis aux architectes d'adopter une démarche singulière tant dans le traitement de la couleur que de la lumière. Au nord, le bardage démarre sur un ton presque blanc, puis les couleurs s'obscurcissent progressivement et par paliers jusqu'à un ton gris ardoise tirant sur le noir. Les matériaux céramiques, posés à la verticale à hauteur d'étage, alternent avec des portes-fenêtres intégralement vitrées, tantôt ceinturées d'un garde-corps, tantôt ouvrant sur un balcon.

Opter pour une façade ventilée et protégée par un bardage céramique Moeding, c'est aussi répondre aux plus hautes exigences en matière d'isolation thermique. Quant aux matériaux céramiques teintés dans la masse, ils remplissent toutes les conditions pour produire leur effet à long terme tout en limitant au maximum les opérations de maintenance.

Système de façade à faible poids surfacique

Compte tenu de l'étroite marge de manoeuvre laissée aux architectes, le recours à un système de façade à faible poids surfacique est apparu comme la solution la plus appropriée, permettant de surcroît une importante réduction des coûts, atout non négligeable.

Grâce à l'économie réalisée, les façades ont pu être animées par des balcons équipés de garde-corps vitrés ou par des portes-fenêtres vitrées toute hauteur et pourvues de garde-corps du même matériau. Par une répartition variée des balcons d'un étage à l'autre, les architectes parviennent à nuancer l'effet monolithique de la façade.

Les étages soulignés par des bandeaux horizontaux en aluminium participent de cette harmonie architecturale, et sans dépasser le budget imparti, des effets de reliefs intéressants ont pu être crées. Cet ensemble habillé de matériaux modernes et doté de solutions intelligentes préfigure la construction durable de demain.

Données techniques

Projet : N26, Stratford City North, Village sportif, Londres
Maître d'ouvrage : Lend Lease Developments Ltd.
Masterplan : Fletcher Priest Architects, Londres
Architectes N26 : de Rijke Marsh Morgan Architects, Londres
Pilotage de projet : Lend Leas Developments Ltd.
Planification de façades : de Rijke Marsh Morgan Architects, Londres
Fabricant de façades : MOEDING Keramikfassaden GmbH, Marklkofen
Planification de structures : WSP group limited, Londres
Planification H/L/S : Hoare Lea Partnership, Bristol
Acoustique : Hann Tucker Associates, Londres
Surface au sol : 20.000 m2
Superficie brute de l'immeuble : 4300 m3, 8 niveaux dont 2 enterrés
Étages : 3 - 11
Livraison : 2011


17 architectes mobilisés pour un village sportif à Londres
17 architectes mobilisés pour un village sportif à Londres
17 architectes mobilisés pour un village sportif à Londres
17 architectes mobilisés pour un village sportif à Londres
17 architectes mobilisés pour un village sportif à Londres
17 architectes mobilisés pour un village sportif à Londres
17 architectes mobilisés pour un village sportif à Londres
17 architectes mobilisés pour un village sportif à Londres
17 architectes mobilisés pour un village sportif à Londres
17 architectes mobilisés pour un village sportif à Londres
Mot clefs
Catégories

Recevez la newsletter

CYBER